Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

2 doctorantes de l’UPJV sélectionnées pour la finale Hauts-de-France de MT180 !

Vous êtes ici : Accueil > L'université > Actualités > Recherche

Ecoles doctorales, Recherche, Santé, Sciences, SHS, UNE

Actualité le 06-03-2020

(La finale Hauts-de-France de MT180, initialement programmée le 18 mars, est reportée à une date ultérieure.)


MT180 Finale Hauts-de-France 2020

MT180 Finale Hauts-de-France 2020

2 sur 5 ! Sophie Bernard et Noémie Chaniaud, passées le 3 mars 2020 devant le jury de la demi-finale régionale du concours MT180 (Ma Thèse en 180 secondes) à Lille, sont qualifiées pour la finale Hauts-de-France.

Le 3 mars 2020, ils étaient 29 doctorants sur la ligne de départ des demi-finales Hauts-de-France.

Parmi eux, 5 doctorants de l'UPJV : Sophie Bernard (LRCS), Noémie Chaniaud (CRP-CPO), Nadia Flissi (MP3CV), Gaël Huet (LG2A) et Josip Safran (BIOPI).



Tous les participants ont dû présenter, à huis clos et en 3 minutes top chrono, leurs thèses. Un exercice de vulgarisation scientifique bien spécifique, qui a obligé nos candidats à mettre en avant leurs connaissances et faire preuve d'audace.




Place à la finale Hauts-de-France !


À l'issue de la demi-finale, le jury a sélectionné 12 candidats pour concourir à la finale MT180 Hauts-de-France, organisée à Lille le 18 mars 2020. Soit une dernière étape en région avant le passage au niveau national du concours. Parmi eux, 2 des 5 candidats de l’UPJV : Sophie Bernard et Noémie Chaniaud !
 
Nos 2 doctorantes restent donc en lice pour décrocher une place en demi-finale nationale et ainsi défendre les couleurs de l’UPJV et des Hauts-de-France devant la France entière. L'enjeu est de taille : seuls 2 des 12 finalistes régionaux auront l’opportunité d’accéder à cette étape du concours. La concurrence est rude, mais l’UPJV croit en ses candidates et leur souhaite bonne chance pour la suite de l’aventure !
 
Zoom sur nos 2 finalistes :
 

Sophie Bernard
  • LRCS (Laboratoire de Réactivité et Chimie du Solide)
  • 3e année de thèse
  • Titre de la thèse : "Fabrication de dispositifs photovoltaïque grande surface à base de pérovskite hybride"
Résumé de la thèse :
Le but du travail de recherche est d’adapter les procédés et les matériaux constitutifs des dispositifs solaires pérovskite aux contraintes d'une fabrication grande taille par slot-die. La fabrication d’un matériau pérovskite par ce procédé nécessite de comprendre les mécanismes de croissances de couches minces et d’adapter la formulation des encres utilisées. J'ai donc testé plusieurs compositions d'encres pérovskite en faisant varier les précurseurs, additifs et solvants. J'ai ensuite fabriqué des dispositifs photovoltaïques (modules et cellules) et en ai mesuré les performances à l’aide d’un simulateur solaire et d’un panel d’instruments de caractérisations opto-électroniques. Pour l'instant, j'ai pu déposer sur des surfaces allant jusqu'à 50 cm² et obtenu un rendement record de 12% sur cellules de petite taille (0,09cm²).





 

Noémie Chaniaud
  • CRP-CPO (Centre de Recherche en Psychologie : Cognition, Psychisme et Organisations)
  • 3e année de thèse
  • Titre de la thèse :  "Conception et évaluation de l'utilisabilité d'un dispositif médical connecté pour le domicile du patient dans le cadre de la chirurgie ambulatoire"
Résumé de la thèse :
La chirurgie sans hospitalisation, communément appelée chirurgie ambulatoire, a pour principal objectif de désengorger les hôpitaux et est un moyen économique pour gérer les besoins de santé du territoire. Pourtant, cela implique de conserver un suivi médical à la sortie de l’hôpital jusqu’au domicile du patient. Pour répondre à ce besoin, les hôpitaux se tournent vers les nouvelles technologies de la santé, la e-santé. Ces innovations séduisent mais ne sont pas sans écueils. Les concepteurs doivent faire face à la complexité d’utilisation, à la gestion des risques, à la fiabilité et à la sécurité des données et aux transformations socio-économiques qui en résultent. C’est pourquoi, concevoir ces dispositifs médicaux est une importante responsabilité et nécessite une approche toute particulière.
Par l’intermédiaire d’une application sur tablette associée à des objets connectés médicaux, le patient récemment opéré réalise, à son domicile, son propre suivi de santé. L’objectif de ma thèse est d’aider dans la conception et l’évaluation de ce dispositif médical en chirurgie ambulatoire pour améliorer la compréhension de l’utilisation de ces appareils et limiter les risques d’erreurs de manipulation. En effet, le patient, aux habiletés spécifiques et dans un contexte post-opératoire, doit être dans la capacité d’utiliser le plus aisément possible ce dispositif. Pour cela, je m’intéresse aux compétences et aux connaissances nécessaires à la manipulation du dispositif dans un but de concevoir un dispositif de qualité et adapté à tous les profils de patient. Ce travail met en exergue une double perspective, s’appuyer sur l’ancrage théorique en psychologie cognitive sur la compréhension, ayant des retombées en psychologie ergonomique. Cela permet de trancher sur des choix de conception, d’améliorer les instructions de procédure et de proposer des recommandations de conception pour de futures conceptions de dispositifs médicaux. Enfin, l’objectif sous-jacent de ces travaux est de permettre aux utilisateurs (patients et professionnels de santé) d’être confiants, engagés et motivés dans l'utilisation de ce service grâce à un dispositif de qualité et de limiter les risques d’erreurs de manipulation pour que chacun puisse prendre soin de sa propre santé.

Informations pratiques

  • le 06-03-2020
Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page