ICP
Institut de Chimie de Picardie FR CNRS 3085
Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources
LG2A UMR 7378 CNRS

LG2A

Le Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources est structuré en 2 axes :
Chimie pour le Vivant (CV)
Chimie pour le Développement Durable (C2D).



Axe Chimie pour le vivant

Cet axe est composé de 3 thèmes principaux, les Antimicrobiens et la Reconnaissance Moléculaire, le transport et les anticancéreux.

A/ Antimicrobiens-reconnaissance moléculaire :

Différentes approches sont développées :

  • Synthèse d’édifices moléculaires originaux pour la présentation multivalente de motifs saccharidiques (ou analogues soufrés), et analogues de type pseudo-oligomannose pour l’étude de la reconnaissance spécifique par des lectines impliquées dans des processus biologiques tels que les infections, la survie bactérienne ou l’inflammation.
  • Synthèse d’oligosaccharides anioniques (contenant des acides uroniques, des sucres sulfatés) et de leurs conjugués. é Etude de leurs interactions et actions biologiques.
  • Interfaces protéines-protéines, nouvelles cibles médicamenteuses
  • Modélisation multi-échelles de l'interaction entre molécules médicamenteuses et cibles biologiques

B/ Transport :

  • Utilisation de cyclodextrines naturelles pour la formulation de principes actifs
  • Etude du transport membranaire chez les bactéries Gram-négatives pour la lutte contre l’invasion bactérienne et la formation de biofilms
  • Synthèse de cyclodextrines amphiphiles, de copolymères à blocks pour la vectorisation

C/ Anticancéreux :

  • Synthèse de composés saccharidiques à charpente nucléosidique pour l’étude des propriétés antitumorales notamment des cancers du foie, pancréas, et des leucémies.

L’implication forte du LG2A dans des projets d’Investissement d’Avenir tels que PIVERT (ITE) et le RS2E (LABEX) ont conduit à l’émergence du nouvel axe C2D



Axe Chimie pour le Développement Durable

Deux thématiques orientent les travaux dans cet axe : l’utilisation de la biomasse (glucides, co-produits, lipides et dérivés de glycérol) dans des procédés éco-compatibles et la transformation de cette biomasse pour la production et le stockage de l’énergie :

A/Utilisation et valorisation de la biomasse :

  • Protection des plantes : synthèse de molécules à potentiel bactéricide, fongicide et d’éliciteurs de défenses naturelles de plantes
  • Valorisation de co-produits (glycoalcaloïdes) issus de la transformation industrielle de la pomme de terre pour des applications aphicides et en santé (anti-cancéreux)
  • Synthèse de glycolipides (en lien avec l’ITE PIVERT) pour l’étude des propriétés d’auto-assemblage et de comportement avec les membranes, élaboration d’une base de données de surfactants biosourcés.
  • Développement de nouveaux retardateurs de flammes agrosourcés en remplacement des composés halogénés et borés.
  • Développement d’outils éco-compatibles : catalyse supramoléculaire à base cyclodextrine.

B/Energie :

Cette thématique propose l’utilisation de molécules organiques parfois naturelles et/ou co-produits issus de procédés industriels pour :

1) la synthèse de composés électroactifs pour le stockage réversible de l'’énergie électrique (matériaux pour batteries) mais aussi
2) leur incorporation dans les matériaux dédiés au développement des cellules photovoltaïques.

Ces sujets sont en lien direct avec les thématiques portées par RS2E (Réseau sur le Stockage électrochimique de l'Energie, dont le LG2A est membre associé) et le LRCS (Amiens).

  • Matériaux électro-actifs pour le stockage de l’énergie : préparation et étude de composés organiques électroactifs en tant que matériaux d'électrode positive et négative dans les batteries Li-ions. De nouveaux dériviés lithiés dihydroxybenzènes ont été préparés et permettent la mise au point de cellules caractérisées par une tension de sortie supérieure à 2 Volts.
  • Incorporation de matériaux organiques biosourcés dans les cellules photovoltaïques : synthèse de nouveaux liquides ioniques en vue d’améliorer la stabilité de ces cellules tout en maintenant des rendements de conversion lumière – électricité à une valeur potentiellement exploitable pour des applications à plus grande échelle.

Le LG2A est constitué de :

- 5 PU, 12 MCU (dont 3 HDR), 1 CR,
- 4 Personnels de support technique : 1 IGR, 2 IGE, 1 AJT
- 2 Personnels de support administratif et de gestion : 1 TCH, 1 AJT (à 50%)
- 12 Doctorants et Post-doctorants - 2 IR hébergés du privé.


Lien vers le site du Laboratoire LG2A UMR 7378 CNRS