Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

AXES DE RECHERCE - TRAME

Vous êtes ici : Accueil > Unités de Recherche > TRAME > Axes de recherche

Espaces, Pouvoirs et Sociétés

L’axe « Espaces, Pouvoirs et Sociétés » réunit des spécialistes d’aires culturelles différentes (monde grec antique, mondes pré-romain et romain, Antiquité tardive et Moyen Âge, dans toute la Méditerranée comme dans l’Europe plus septentrionale) qui conduisent leurs recherches dans une dialectique dynamique autour de l'inscription des pouvoirs dans les espaces géographiques et culturels, et de la structuration, par ces mêmes pouvoirs, de ces espaces et des sociétés dont ils sont le cadre.
Une double démarche est suivie. D’une part, il s’agit d’exploiter la documentation littéraire, archivistique, épigraphique et archéologique (à partir des fouilles passées et en cours de sites de différentes natures et époques, comme des cités, centres de pouvoirs religieux et politiques, des quartiers portuaires liés aux agglomérations urbaines, des sites castraux et des monastères : Halaesa en Sicile, Narbonne en Gaule Narbonnaise, Boves en Picardie, Grandmont et Murat en Limousin...). D’autre part, on s’attache à étudier, selon une approche historiographique, la réception que l’articulation entre espaces, pouvoirs et sociétés a pu connaître au fil des siècles.

Humanismes, pratiques littéraires, histoire religieuse

L’axe « Humanismes, pratiques littéraires, histoire religieuse » réunit des chercheurs issus de différentes disciplines constitutives de l’équipe TrAme qui cherchent à valoriser des travaux portant sur la longue période (de l’Antiquité à la première modernité) et qui s’inscrivent dans des aires culturelles différenciées (Grèce ancienne, République et Empire romains, Monde médiéval, Europe du Nord et du Sud).
Cet axe constitue une refondation de l’ancien axe de TrAme « Textes, cultures, image et spiritualité », dont il conserve l’intérêt pour l’étude des textes, des formes et des représentations, en le faisant évoluer. S’il s’agit toujours d’envisager la façon dont, durant ces périodes, s’organisent la tradition et la translatio des modèles (traduction, imitation, innovation), les travaux engagés étudient aussi les points d’articulation entre la création littéraire, ses pratiques, la pensée philosophique, le politique et le religieux. Dans cette perspective, la notion d’humanisme désigne aussi bien l’objet d’étude d’un certain nombre des membres de l’axe spécialistes des XVe et XVIe siècles qu’un type d’approche et de lecture qui s’applique aussi à d’autres périodes dans l’attention portée aux textes – à leur sens et à leurs auteurs, mais aussi à leurs conditions d’écriture, de transmission, d’éditions, et à leur place dans le contexte qui les porte. Une telle préoccupation philologique, au sens strict et en un sens plus large, et historique est partagée aussi bien par les littéraires que par les spécialistes de langues et cultures étrangères et par les historiens médiévistes qui ont choisi de rejoindre cet axe.

Cultures matérielles

Dans la continuité du fonctionnement de TrAme, caractérisé par la pluridisciplinarité et un vaste empan chronologique, l’axe « Cultures Matérielles » réunit des spécialistes des textes littéraires anglais et français, des historiens, et des historiens de l’art européen, depuis l’Antiquité jusqu’au XVIIe siècle.
Ces chercheurs ont en commun d’élaborer une pensée à partir de l’inscription matérielle de leurs objets d’étude dans un espace, naturel et humain, et dans un temps allant de l’événement ponctuel à la longue durée.
Les objets sont étudiés dans leurs matériaux et leurs formes, selon les circonstances de leur confection, leurs usages et leurs destinataires. Se dessine ainsi leur « vie », littéraire ou sociale, entre micro-lecture et micro-histoire. Sont également examinées les pensées du classement, du genre et de la collection, qui constituent ces objets matériels en objets de recherche : rencontrent-elles ou non les biographies du quotidien mises en place ? C’est alors la dimension historiographique des champs disciplinaires qui est en jeu (histoire de l’histoire de l’art, de l’archéologie, des représentations, et de l’histoire littéraire). Dans ce croisement entre élaboration conceptuelle et enquête minutieuse, l’axe se donne pour but une saisie et une restitution fines du passé, à partir de ses objets, et des traces qu’ils ont laissées dans les textes et dans les images.
Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page