Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

De l'emprise du trauma au lâcher-prise thérapeutique. Perspectives intégratives

Vous êtes ici : Accueil > Unités de Recherche > CRP-CPO

Recherche, SHS

Actualité le 20-10-2016

14h

HDR Joanic MASSON


Logo CRP CPO.png

Logo CRP CPO.png

Résumé

Cette synthèse des travaux envisage la place prépondérante des expériences traumatiques à la fois dans la genèse de la psychopathologie et dans la construction identitaire. Alors que le traumatisme psychique est le plus souvent considéré en lien avec la confrontation au réel de la mort ou comme une effraction d’ordre pulsionnel, j’envisage dans mes travaux le traumatisme comme un bouleversement somatique, émotionnel et psychique consécutif à une expérience désagréable ou douloureuse. Le sens est beaucoup plus large et pointe ce qui est souvent oublié en psychologie, à savoir la place du corps dans la genèse de la dérégulation émotionnelle et les résistances du soma à cette dérégulation. Des liens sont ici tissés avec diverses problématiques (anxieuses, dépressive, addictive et identitaire).

La question de la psychothérapie est également développée à partir de l’étude de divers dispositifs thérapeutiques comme l’hypnose, l’EMDR, la Somatic Experiencing (SE), le Brainspotting (BSP) et la Psychothérapie Intégrale Somatique (ISP). Ces psychothérapies montrent la présence de processus de résilience inhérents à l’être humain qui s’amorcent lorsque les conditions y sont propices. La psychothérapie apparaît alors comme simplement un contexte favorisant l’émergence de processus auto-organisés, régulateurs et thérapeutiques. Le lâcher-prise semble en outre être une condition essentielle à ce mouvement processuel instinctif. En laissant faire, en laissant produire, en observant ce qui se joue en soi sans chercher à contrôler, le patient est invité à laisser se réorganiser naturellement, instinctivement ce qui demande à être assimilé et organisé.

La dernière partie fait référence à des réflexions autour des tradithérapies telles que le chamanisme. Le lâcher-prise, la place du rituel structurant, la question de la croyance et de la confiance amènent le clinicien chercheur à envisager d’une manière autre à la fois la psychopathologie et la question du soin.

Cette synthèse des travaux est au fond une invitation à poser des questions essentielles sur la psychopathologie, la psychothérapie, les croyances du « psy » quant à sa pratique et sa théorie afin d’envisager de nouvelles possibilités de dispositifs thérapeutiques à des patients en souffrance qui ne trouvent souvent pas réponse à leurs maux dans ce qui est habituellement proposé par les milieux médico-psychologiques.

 

 

Mots clés 

Traumatisme psychologique, psychopathologie, identité, psychothérapie, lâcher-prise

 

Informations pratiques

  • le 20-10-2016
    14h
  • Salle E 110 (bâtiment E, 1er étage)
    Pôle Campus

Contacts

Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page