Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

Projet - Transmissions historiques

Vous êtes ici : Accueil > Unités de Recherche > CERCLL > Axes transversaux > Transmissions Historiques

Transmissions historiques : héritages, évolutions, ruptures
Reponsables: Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Christine Meyer et Valentina Bisconti

Cet axe transversal encadre les projets interdisciplinaires du CERCLL envisageant les faits de langue, de discours et de création littéraire dans une dynamique historique. Au croisement de l’histoire des langues, de l’histoire des idées et des civilisations, de l’histoire des formes discursives et littéraires et de l’histoire des représentations, qu’il examine dans leurs rapports et dans leur complémentarité, il offre un espace d’échange à tous les chercheurs du CERCLL et d’équipes partenaires soucieux d’appréhender leurs objets de recherche en termes de transmission et de mutation. Il propose un cadre où interroger aussi bien les éléments de permanence, réelle ou imaginaire, où s’ancrent les identités et les formes, que la dynamique relationnelle qui les travaille, les remodèle et les reconfigure. Particulièrement voué à « historiciser » l’histoire elle-même et toutes les formes de son écriture, il porte une attention soutenue à la relation dialogique qu’entretiennent au fil des siècles les récits fictionnels et les récits non fictionnels, aux formes discursives de la mémoire individuelle et collective, aux témoignages et aux écritures du moi, aux conflits et aux compromis entre différentes versions de l’écriture du passé récent ou plus lointain, à la diachronie des langues et aux dynamiques sociales et politiques qui les forgent en tant qu’institutions sociales historiquement déterminées.
Cet horizon de questionnements donne lieu à des rencontres et à des manifestations scientifiques pluridisciplinaires qui s’organisent autour des noyaux thématiques suivants :


  • Écritures du conflit et enjeux mémoriels
Un premier noyau thématique rassemble des recherches liées à l’écriture du conflit et de la guerre et, et à l’investissement mémoriel que l’écriture réalise. Les problématiques retenues sont celle des formes qu’adopte le discours sur et de la guerre, en référence aux genres, rhétoriques et modalités énonciatives présents et dans une approche transversale et historique. Ces recherches permettront, à plus long terme, de s’interroger sur les modèles fondamentaux du récit de guerre. Parallèlement, une réflexion est menée sur la structuration de récits, d’images ou de champs de savoir autour de la mémoire individuelle ou collective, en particulier dans les contextes où la conservation du passé ou l’exhumation de ses traces est une question d’identité ou même de survie, comme dans le cas de la résistance symbolique à la violence de l’histoire, par exemple dans les récits d’errances, de migrations et d’exils, de traumatismes liés à la colonisation, à l’esclavage, à la domination patriarcale, au racisme et aux génocides. Cette problématique ouvre le champ à la « concurrence des mémoires », aux clivages nationaux, ethniques, communautaires, religieux, sexués, sociaux et culturels déterminant des affrontements discursifs sur la vérité du passé, mais aussi des tentatives de synthèse à prétention objective, par exemple du côté de l’historiographie « scientifique ».

► REALISATIONS SCIENTIFIQUES :
- Colloque international « Le romanesque de la Grande Guerre » (resp. : Ph. Blondeau et B. Alavoine), Péronne et Saint-Quentin, 14-16 mai 2016,
- Colloque international « Figurations épiques et contre-épiques de la Grande Guerre » (resp. : M.-F. Lemonnier-Delpy, H.-L. Ott, A. Adler), Amiens et Historial de la Grande Guerre de Péronne, 24-26 novembre 2016.
- Colloque international « La poésie de la guerre » (resp. : M.-F. Lemonnier-Delpy (CERCLL), L. Boulègue et J. Goeury (Trames), M. Hersant (FIRL, U. Sorbonne Nouvelle Paris 3), Amiens, 2019.
- Colloque « Roland Dorgelès » (resp.: MF Lemonnier-Delpy et P. Nivet), Amiens, 2020-2021.


  • Récit et vérité
Ce deuxième noyau thématique est consacré à l’étude de l’évolution des revendications aléthiques et des modélisations du vrai dans l’écriture narrative moderne et contemporaine. On observera comment ont évolué historiquement les positionnements respectifs des écrits non fictionnels, des récits factuels et récits de fiction sur le plan de leurs formes, de leurs structures énonciatives, de leurs enjeux et de leurs discours d’encadrement.
— Le projet ALEA (« Figurations/configurations artificielles du hasard »), dirigé par Anne Duprat, analyse la gestion du hasard et de la contingence dans les systèmes épistémologiques qui sous-tendent récits de faits et représentations fictionnelles, du début de la modernité à la fin du XIXe siècle.
— Le projet « Écritures de soi et écritures factuelles » (Université de Rouen), auquel le CERCLL a été associé, permet de contribuer à la réflexion théorique sur les écritures du moi de même qu’à la définition d’approches communes de ces corpus (notamment sur  les modalités d’édition de ceux-ci) dans la continuité de l’édition du Dictionnaire de l’autobiographie (Champion 2017). Il aura pour objet l’enrichissement des données mises à la disposition des chercheurs sur un site collaboratif et s’accompagnera de manifestations scientifiques.
(Projet dont le financement est soumis à un appel RIN lancé par la Région Normandie et dont le résultat sera connu au printemps 2018)

► REALISATIONS SCIENTIFIQUES :
- Colloque international « Figures et fonctions du (des) destinataire(s) dans les Mémoires authentiques et les Mémoires fictionnels du XVIIIe siècle » (resp. : A. Bolot, C. Bournonville, M. Hersant), Amiens, 6-7 octobre 2016.
- Participation (référent : Anne Duprat) au réseau « Landscapes of Realism », porté par CHLEL Research Network (Comparative History of Literatures in European Languages, U. Antwerpen), composition d’un ouvrage collectif de référence sur le Réalisme en Europe.
- Colloque « Autobiographie et biographie », (CEREdI, CERCLL, ITEM), 2021.


  • Canons, historiographies décloisonnées et globalisation du savoir
Ce troisième noyau thématique vise à contribuer au décloisonnement de l’historiographie et à l’élaboration d’une histoire culturelle transnationale fondée sur des approches disciplinaires croisées. Un tel changement de paradigme et d’échelle passe par la déconstruction des grands récits nationaux et des compartimentations disciplinaires et implique notamment la mise au jour des transferts culturels qui se sont opérés de tous temps par-delà les frontières territoriales et linguistiques, participant ainsi à la formation d’aires culturelles souvent perçues à tort comme des entités séparées, indépendantes et homogènes. La transgression du cadre historiographique traditionnel, fondé sur l’édification d’une culture de référence, passe également par une mise en perspective des questions liées à la constitution et à la transmission du canon, ainsi que par une réflexion sur la diversité linguistique et l’évolution des pratiques hétérolingues à l’échelle mondiale, qui soulève entre autres la question du monolinguisme comme paradigme et de la traductibilité des langues et des cultures.
— Dans le prolongement des débats qui ont eu lieu ces dernières décennies autour du canon et des fondements de la valeur littéraire, une réflexion transdisciplinaire est menée sur ce qui est perçu à différents titres comme de la « mauvaise littérature ». Ce chantier, coordonné par K. Perromat et G. Bê Duc, réunit des approches qui prennent en compte l’évolution récente tant des pratiques et des procédés d’écriture que des disciplines académiques elles-mêmes (critique, esthétique, historiographie littéraire).
— Cette thématique nous amène à poser plus largement la question de ce qu’est un « mirage scientifique ». La réflexion porte alors sur la validité des savoirs et des connaissances scientifiques par rapport à la péremption de données, à l’invalidation de positionnements théoriques ou à la déconsidération de formes et pratiques épistémiques données, comme cela peut être le cas, en sciences humaines, notamment dans l’histoire des théorisations du langage. Ces recherches permettront, à plus long terme, de dresser les contours d’une « histoire du faux » en tant qu’histoire de la mauvaise science.
— Un autre chantier concerne les processus liés à la constitution et à l’évolution du canon dans le champ de la culture (canonisation, décanonisation, recanonisation), en rapport notamment avec l’étude des objets culturels inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

► REALISATIONS SCIENTIFIQUES :
- Colloque international « Langues choisies, langues sauvées : poétiques de la résistance » (resp. : C. Guyon-Lecoq, M.-F. Montaubin, E. Mächler, C. Meyer, P. Prescod), Amiens, 19-21 mai 2016, avec parution des actes en 2018 sous la direction de C. Meyer et P. Prescod chez Königshausen & Neumann (Würzburg).
- Projet « Lieux du patrimoine mondial de l’UNESCO » (resp. : Ludolf Pelizaeus) mené en collaboration avec l’Université Cadi Ayad de Marrakech, la Fondation Espace du savoir Europe-Méditerranée et l’Université Brunel de Londres, et avec la participation de membres des équipes CORPUS et « Habiter le Monde » (UPJV) et du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits (CHSSC). Publication d’un volume aux éditions Aschaffenburg (Münster, 2018).
- Colloque international « Patrimoine partagé : patrimoine trans- et interculturel dans la zone euro-afro-méditerranéenne », Stiftung Wissensraum Europa-Mittelmeer (WEM) / Fondation Espace du Savoir Europe-Méditerranée, Stuttgart, 23-25 janvier 2018.
- Colloque « Mauvais genre : l’énergie noire du système littéraire », Amiens, 15-17 mars 2018.
- Colloque international « Les savoirs en conflit : querelles grammaticales et scandales littéraires au XIXe siècle. » (resp. : V. Bisconti), Amiens, 2019.
- Colloque international « Pour une mauvaise littérature » (resp. : K. Perromat et G. Bê Duc),  Amiens, 2019-2020.

Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page