Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

Projet - Dynamiques interculturelles

Vous êtes ici : Accueil > Unités de Recherche > CERCLL > Axes transversaux > Dynamiques Interculturelles

Dynamiques interculturelles : concepts, lieux, pratiques
Responsables: Catherine Grall & Clémence Couturier-Heinrich

L’interculturalité décrit des mouvements réciproques entre cultures. Prises dans un jeu permanent d’interaction, les cultures constituent des entités ouvertes et hétérogènes, travaillées par des échanges, facteurs de brassage et de métissage. En passant d’une culture à une autre, les objets (œuvres littéraires, représentations, concepts, voire disciplines) subissent des transformations auxquelles s’intéresse l’étude des transferts culturels. Les spécialistes de littératures et cultures étrangères qui s'engagent au sein de cet axe consacrent leur recherche avant tout à la circulation de savoirs et de textes et aux transferts culturels, notamment entre la France et l’aire culturelle qu’ils étudient, ce qui les amène à problématiser l’idée de frontière ; les comparatistes focalisent cette approche sur la littérature, dont les courants et les genres (le romanesque en particulier) impliquent l’interculturalité de manière dialogique et synchronique ; les linguistes, à travers des spécialités comme la sociolinguistique ou le Français Langue et Culture Étrangères font appel aux mécanismes de changements linguistiques dus aux contacts de langues et aux concepts liés à la communication interculturelle en contexte d’apprentissage de langues non-premières.

L’étude des rapports interculturels met en perspective celle des relations entre littératures et langues, jamais à sens unique, même si l’Histoire, avec ses jeux de pouvoir,  décale parfois dans le temps des « retours d’influence ». Les sciences du langage, la littérature française, la littérature générale et comparée et les langues étrangères, avec les dimensions linguistiques et civilisationnelles qu’elles recouvrent, croisent les approches linguistiques, historiques, esthétiques, si bien que l’exploration des dynamiques interculturelles permet non seulement de produire du savoir sur des thèmes et des objets d’étude précis, mais encore de suggérer des modalités d’activité scientifique sortant des formats traditionnels que sont les colloques, journées d’études et publications spécialisées. La réflexion épistémologique et méthodologique de l’axe transversal « Dynamiques interculturelles », assurée par des spécialistes d’histoire culturelle, de littératures et de cultures étrangères s’approfondit au fil d’invitations lancées à des chercheurs étrangers, dont étaient coutumiers plusieurs des groupes de recherche du CERCLL.

Expérience vive des « dynamiques interculturelles » pour de jeunes chercheurs et des enseignants-chercheurs internationaux, l’Intensive Program intitulé « Lire et vivre le romanesque », est organisé par Catherine Grall, du 2 au 13 juillet 2018, dans le cadre de l’ERASMUS + « Reading in Europe today - Reading and Writing Literary Texts in the Age of Digital Humanities ».

Les objets de l’axe « Dynamiques interculturelles » présentent une large amplitude chronologique (XVIe – XXIe siècles) et se répartissent en deux programmes :

  • Circulation des idées et structuration des imaginaires
Les dynamiques interculturelles concernent au premier chef la circulation des idées entre les cultures, et leur développement singulier selon les territoires qu’elles traversent. C’est particulièrement le cas dans l’Europe des Lumières, si productive en pensées philosophiques, religieuses et esthétiques, et dont les protagonistes travaillent pour ainsi dire en réseau, grâce notamment à de nouveaux outils éditoriaux de diffusion des savoirs. Les idées servent de points d’ancrage au développement des imaginaires : projets de société, rêveries sur l’autre, peur de l’ailleurs – les cultures s’exportent et s’enrichissent de toutes formes de fictions.  Les travaux menés au sein de l’axe transversal « Dynamiques interculturelles » explorent la structuration imaginaire des communautés, plus spécifiquement de la ville, en résonance avec le projet franco-hongrois Balaton « Le romanesque de la ville dans le roman populaire européen XIXe-XXIe siècles » mené par Isabelle Hautbout en collaboration avec l’Université de Debrecen (2016-2018)

RÉALISATIONS ET PROJETS SCIENTIFIQUES:

« L’Europe des Lumières / Lumières de l’Europe »
- participation de Sylviane Albertan-Coppola à l’édition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (ENCCRE), mise en ligne en octobre 2017
- participation de Sylviane Albertan-Coppola au projet « Christian-Muslim Relations 1500-1900. A Bibliographical History » (Université de Birmingham / éditions Brill)
- participation de Sylviane Albertan-Coppola aux travaux du Groupe de Recherche sur les Représentations Européennes de l’Afrique aux 17e et 18e siècle (GREAA 17/18)
- 9-11 mars 2017 : colloque international « L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle » organisé par Clémence Couturier-Heinrich ; publication en deux volets (mini-dossier sur la surdité dans le n° 50 (2018) de la revue Dix-Huitième Siècle ; n° 27 (2018) de la Revue Germanique Internationale)
- 22-23 juin 2018 : co-organisation par le CERCLL des journées Voltaire : « Voltaire du Rhin au Danube (18e – 19e siècles) » (Université Paris-Sorbonne)
- 7-8 juin 2019 : colloque « La réception de la philosophie de Voltaire en Allemagne 1740-1840 » organisé par Ludolf Pelizaeus avec Guillaume Métayer (UMR 8599 « Centre d'étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles »)
- 3-4 octobre 2019 : co-organisation par le CERCLL du colloque international «Diderot, la religion, le religieux » (Université Denis Diderot)

Colloque « Poétique des lieux chez Vassilis Alexakis : villes et paysages », organisé par B. Alavoine les 13 et 14 oct. 2016 à l’Institut français d’Athènes.

Projet de Paula Prescod « Circulations transversales : mouvements et contacts entre les communautés, cultures et industries des Amériques Noires»
Ce travail sur la construction identitaire des « Caribs », peuple autochtone des Caraïbes, s’inscrit dans deux grands programmes internationaux (Entangled Americas: The Americas as Space of Entanglement(s), financé par le ministère allemand de l’éducation et de la recherche, et Between Spanish Harlem, Funky Colón, and Black Rio. Soul, Music Migration and Translocal Identity Constructions in the Black Power Era (1965-1975), financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft).
22-24 mars 2018 : participation de Paula Prescod au colloque Reinventing the Social : Movements and Narratives of Resistance, Dissension, and Reconciliation in the Americas à l’Université de Coimbra (communication intitulée « Resisting marginalization, mediating social identity in the documentary films The Garifuna Journey (Leland & Berger) and Yurumein (Leland) »)

Colloque international « Un processus central : la koinéisation » (2021), organisé par Jean-Michel Eloy et Valentina Bisconti en collaboration avec Esther Baiwir (laboratoire ALITHILA / Analyses littéraires et histoire de la langue, Université de Lille 3), consacré à la notion fondamentale, dans les transferts culturels, de koiné, au croisement d’une linguistique des systèmes et d’une approche sociolinguistique, incluant les pratiques normatives et les représentations.
 
  • Circulation des formes (théâtre, conte)
À côté des idées et des imaginaires, les dynamiques interculturelles se prêtent à l’étude des formes et de leur circulation entre les cultures. Un genre littéraire né dans une culture linguistique s’y développe fréquemment en débordant les frontières de celle-ci, en se nourrissant d’hypotextes déjà actifs mais mal fixés, en faisant passer à l’écrit des formes orales. Les adaptations d’une langue à une autre exigent des compétences de traduction, mais aussi une conscience culturelle et littéraire des équivalences ou analogies formelles. Les espaces et les conventions scéniques changent selon les cultures. La comedia espagnole, par exemple, n’est pas exactement la comédie française, et l’humour ou le rire ne voyagent pas toujours sans peine. La nouvelle, genre si délicat à définir, entre roman et conte ou, parfois, roman et poésie, éclot aux tout débuts de la Renaissance italienne, sous la plume de Boccace, dont le Décaméron, déjà inspiré de formes antérieures, se trouve pillé, adapté, plagié et traduit dans plusieurs pays européens. Le genre coïncide de nouveau avec le conte dans certains domaines : ainsi de la littérature pour enfants, volontiers utilisée par les institutions à des fins pédagogiques. Le rôle du conte dans la formation des imaginaires culturels, du XVIe siècle au XXIe siècle, fait collaborer des linguistes spécialistes de didactique, des spécialistes de la littérature jeunesse aussi bien que des spécialistes de littérature comparée. Les imaginaires se développent ainsi en des formes, pas toujours des genres littéraires, qu’il appartient aux dynamiques interculturelles de suivre dans leur synchronie comme dans leur diachronie.

RÉALISATIONS ET PROJETS SCIENTIFIQUES:

- Anthologie de nouvelles italiennes tirées de Gli Hecatommithi de Giovanni Battista Cinzio (1585), édition d’A. Duprat (à paraître). Gli Hecatommithi est l’un des derniers grands recueils de nouvelles italiens à ne pas avoir fait l’objet d’une traduction en langue moderne.
- Théâtre barbaresque de Cervantès, édition d’A. Duprat, F. Madelpuech, A. Teulade et J. Canavaggio, Garnier Classiques, collection « Littératures étrangères » (à paraître). Ce volume contient la première traduction de quatre comedias de Cervantès inédites en français.
- Guy de Maupassant, Mont-Oriol, édition de N. Benhamou, Le Livre de Poche, 2017.
- Erckmann-Chatrian, Œuvres choisies (Contes fantastiques, Contes de la Montagne, Contes des Bords du Rhin, L'Ami Fritz, Histoire d'un conscrit de 1813 et Waterloo), édition de N. Benhamou (à paraître).
- Noëlle Benhamou, Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes (essai à paraître fin 2018).
- 3-4 octobre 2018 : colloque « Roald Dahl, la fabrique d'un imaginaire » organisé par N. Benhamou et P. Blondeau à Beauvais.
Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page