Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

[Portrait] Damien Esparteiro, futur docteur à la recherche de son eldorado

Vous êtes ici : Accueil > Réussite et Vie étudiante > Actualités

Actualité

En octobre 2021, Damien Esparteiro a rejoint l’UPJV pour se consacrer à une thèse sur un sujet qui le passionne : le microbiote intestinal. Au sein de son unité de recherche, il planifie une carrière qu'il imagine bien dans l’industrie des probiotiques.


Damien Esparteiro.jpg

Damien Esparteiro.jpg

Damien Esparteiro est en 1e année de thèse au sein du Groupe de Recherche sur l’Alcool et les Pharmacodépendances (GRAP – UPJV/INSERM). Et à 25 ans, le doctorant est déjà très lucide sur la réalité du métier de chercheur. « On ne fait pas une thèse juste pour faire une thèse. La recherche, c’est un milieu très compétitif, qui demande des sacrifices, il faut être passionné par ce qu’on fait ».

Après son master recherche en Microbiologie, effectué à l’Université de Bretagne Occidentale, Damien a consulté toutes les offres de thèse proposées en France ! C’est l’offre de thèse du GRAP qui a retenu son attention. « Je cherchais un sujet en lien avec la santé humaine, parce que ce qui m’intéresse, c’est de sauver des vies. Mon sujet porte sur l’étude du lien entre l’évolution d’une maladie du foie due à l’alcool, l’Hépatite Alcoolique Aigüe (HAA), et la composition du microbiote intestinal, soit l’ensemble des micro-organismes présents dans les intestins ».

Un objectif très clair

Avec un sujet de recherche axé sur la santé, Damien satisfait un désir humaniste qu’il avait d'abord tenté en médecine, avant de suivre des études en biologie. « J’y ai découvert la microbiologie, ça a été une révélation ». Aujourd’hui, il se spécialise sur le microbiote, dont le rôle essentiel dans la santé humaine est établi dans la littérature scientifique. « Actuellement, il y a un véritable engouement pour le microbiote, aussi bien du côté des chercheurs que des industriels ou du grand public. Les probiotiques, ces compléments alimentaires pour restaurer la flore intestinale, ont le vent en poupe. Cela offre beaucoup de perspectives pour ma carrière ». Souhaitant travailler en R&D dans le privé après sa thèse, il profite des opportunités offertes par l’UPJV pour préparer son insertion professionnelle. « L’École Doctorale Sciences, Technologies et Santé de l’UPJV propose de nombreuses formations professionnalisantes pour accompagner les doctorants vers l’emploi, notamment via la plateforme ADUM, la plateforme de gestion des études doctorales ». D’ores et déjà inscrit à l’atelier « Trouver en emploi en R&D en entreprise », Damien compte bien monter en compétences en multipliant les sessions de formation d’ici sa soutenance.

L’objectif de Damien ? Mettre toutes les chances de son côté pour réussir. Et pour cela, le doctorant, fin stratège, ne se ferme aucune porte. « En 2e année, je vais m'essayer à l’enseignement, grâce au contrat doctoral élargi, qui permet de donner jusqu’à 92h de cours par an. Et pourquoi pas, ensuite, me tourner vers une carrière d’enseignant-chercheur ? J’envisage toutes les possibilités. Pour trouver un travail après la thèse, il faut être ouvert et flexible ». Un état d’esprit qui lui permettra à coup sûr d’atteindre son but.
 
Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page