Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

[Portrait] Célia Fontaine, étudiante à l’UPJV, témoigne de son expérience de mobilité internationale

Vous êtes ici : Accueil > Réussite et Vie étudiante > Actualités

e-Telex, Étudiants, Evenement, Insertion professionnelle, International

Actualité

Ce jeudi 24 février 2022, Célia Fontaine, étudiante en 2e année de philosophie à l’UPJV, était présente en tant que témoin à l’International Speed Meeting organisé par la Direction des Relations Internationales. Portrait de cette brillante étudiante, venue partager son expérience à l’étranger mais aussi sa passion pour l’humanitaire et l’écologie.


Célia.png

Célia.png

À 21 ans, Célia a une idée bien précise de ce qu’elle souhaite faire plus tard : « travailler dans une ONG ! ». Ayant pour centres d’intérêt l’écologie et l’humanitaire, l’étudiante en 2e année de philosophie a déjà à son actif un parcours empreint de son désir de changer le monde. « J’ai toujours eu envie de voyager à l’international, mais au-delà de l’Europe, parce que je ressentais le besoin de m’engager pour une cause humanitaire » explique-t-elle. Ce jeudi 24 février 2022, elle est venue pour témoigner de son expérience à l’International, une opportunité qu’elle a pu saisir grâce à une précédente édition d’un International Speed Meeting organisé par l’UPJV.

Une opportunité offerte par l’UPJV

En 2018, alors en 1e année de DUT Génie civil à l’IUT d’Amiens, Célia s’inscrit à l’International Speed Meeting et le jour J, échange sur place avec de nombreux étudiants témoins. Leurs récits la confortent dans l’idée et l’envie de partir. « Ce jour-là j’ai découvert la plateforme JobTeaser - un outil proposé la Direction de l’Orientation et de l’Insertion Professionnelle (DOIP), ndlr - Quand je suis rentrée chez moi après le Speed Meeting, je suis allée sur la plateforme pour voir si je pouvais trouver un stage à l’International qui répondait à mes critères : un stage d’ouvrier dans le bâtiment, dans un pays d’Afrique francophone, parce que je n’étais pas très bonne en anglais, et si possible axé sur l’humanitaire » détaille Célia. Sa recherche par mots-clés lui donne un seul résultat. Bingo. « Une association humanitaire, l’Association des Jeunes Volontaires pour le Développement et d'Échanges Culturels - Togo (AJVDEC Togo), proposait un stage ouvrier d’un mois sur un chantier d’entreprise, avec la possibilité de travailler en parallèle à un projet humanitaire » raconte Célia, qui envoie dans la foulée un mail à l’association pour se renseigner. « Ils m’ont donné le contact d’une ancienne stagiaire que je suis allée rencontrer à Paris pour qu’elle me raconte son expérience. J’avais besoin d’être rassurée sur ce qui m’attendait là-bas, tout comme mes parents, qui ont échangé avec le Président de l’association » précise l’étudiante.

Un stage à l’international, un projet de vie dans l’humanitaire

Quelques semaines plus tard, direction Lomé, la capitale du Togo, où pendant 2 semaines, Célia travaille sur un chantier du bâtiment, de 7h à 17h. De grosses journées qui ne l’empêchent pas, le soir venu, de concevoir avec son tuteur de stage un projet de latrines écologiques pour un village défavorisé, Fidokpui, situé à 10 kms de Lomé. « Le village présentait un fort taux de mortalité infantile à cause des mauvaises conditions sanitaires. Les deux dernières semaines de mon stage ont été consacrées à la construction des latrines pour assainir le village, et donc réduire la mortalité infantile, tout en créant un système de fosses pour récupérer les excréments et en faire de l’engrais utilisable pour la seule source de revenus du village, l’agriculture » explique fièrement l’étudiante qui n’en a pas fini avec l’International et l’humanitaire. « En allant là-bas, j’ai pu me rendre compte par moi-même des conditions de vie en Afrique, ça m’a appris à relativiser la vie qu’on a en France, les problématiques sont complètement différentes. » souligne l’étudiante qui, après son DUT Génie Civil, a choisi de poursuivre ses études en philosophie, « pour nourrir mon esprit et améliorer mes capacités de réflexion et d’argumentation ».

À la poursuite de son rêve

À la question « Est-ce que tu aimerais repartir à l’étranger ? », la réponse est un grand « oui, c’est déjà au programme ! J’ai pris un billet d’avion pour le Costa Rica, en espérant décrocher un stage pour un organisme français qui œuvre pour des projets environnementaux. J’ai aussi envie d’aller au Sénégal, pour lutter contre l’excision. Ce sont des expériences qui je pense me permettront, après ma licence de philosophie, d’être sélectionnée en Master de Sciences Politiques, un diplôme qui m’ouvrira les portes des ONGs » projette Célia.

En attendant, Célia est venue témoigner de son expérience auprès des étudiants de l’UPJV intéressés par la mobilité internationale. Sa façon à elle de rendre l’opportunité qui lui a été offerte en 2018 et qui a changé sa vie. « Le retour d’expériences est vraiment important. Ça permet de lever les craintes qu’on peut avoir avant de partir, de se rassurer et de se lancer » conclut-elle. Nul doute que son enthousiasme aura su susciter des envies d’horizons lointains, et qui sait, des vocations humanitaires !



Le témoignage de Célia vous donne envie d'internationaliser votre cursus ?
Visitez nos pages internationales pour en savoir plus, ou prenez RDV avec l'une des chargées de mobilité de la Direction des Relations Internationales !


Et pour découvrir quelques souvenirs de son stage au Togo :

Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page