Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

Notre recherche d’excellence se poursuit en période pandémique !

Vous êtes ici : Accueil > L'université > Actualités

e-Telex, Recherche, Sciences, Santé, UNE

Actualité

2 experts de l’UPJV publient leurs travaux de recherche pointus, sur les neuroprothèses et le réchauffement climatique, dans les prestigieuses revues scientifiques Nature Scientific Reports et Science


À gauche : Filippo Grassia, maître de conférences et spécialiste des systèmes d'intelligence artificielle neuromorphiques ; à droite : Jonathan Lenoir, écologue chargé de recherche CNRS

À gauche : Filippo Grassia, maître de conférences et spécialiste des systèmes d'intelligence artificielle neuromorphiques ; à droite : Jonathan Lenoir, écologue chargé de recherche CNRS

Aujourd’hui, tous les regards sont braqués sur les chercheurs qui travaillent à endiguer l’épidémie de COVID-19. Cette crise sanitaire sans précédent nous rappelle combien la recherche scientifique est cruciale dans la résolution des grandes problématiques auxquelles l’Homme est confronté au fil des siècles – et ce, quel que soit le domaine de recherche.

Dans ce contexte particulier, l’UPJV souhaite mettre à l’honneur deux de ses chercheurs d’excellence dont les recherches pointues sur les neuroprothèses ou le réchauffement climatique contribuent à améliorer la condition de l’Homme et à lui garantir un futur.




Lumière sur une nouvelle génération de neuroprothèses !

Une nouvelle étape a été franchie dans le développement des neuroprothèses : un nouveau modèle de neuroprothèse fonctionnant en temps réel biologique vient d’être conçu.  Utilisant des neurones artificiels biomimétiques, ce dispositif intègre une stimulation optogénétique, où la lumière permet d’établir une communication très fine entre neurones artificiels et biologiques. Cette prouesse technologique a été réalisée par un consortium d’experts internationaux, parmi lesquels notre expert en systèmes neuromorphiques, Filippo Grassia (LTI/UPJV). Leurs résultats ont été publiés dans Nature Scientific Reports ce 05 mai.
 
 




 







Coup de frais sous la canopée forestière


Dans les sous-bois, les espèces végétales semblent mieux s’adapter au réchauffement climatique. La raison ? La fraicheur offerte par le couvert arboré, dont l’effet tampon est salvateur pour la biodiversité forestière. Cette étude menée par un consortium européen impliquant deux chercheurs du laboratoire EDYSAN, Jonathan Lenoir et Guillaume Decocq, fait la couverture de la revue Science publiée ce 15 mai.


Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page