Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

Retour de stage dans une école chinoise

Vous êtes ici : Accueil > ECOLE > ESPE

Actualité

Le récit de Yasmina OUAFFI, étudiante en M1 MEEF 1er degré


Ecole La petite fourmi

Ecole La petite fourmi

Yasmina OUAFFI, étudiante en M1 MEEF 1er degré DCA au centre ESPE de Beauvais nous relate son stage à l’école La petite fourmi de Wuhan en Chine, qui s'est déroulé du 21 décembre 2018 au 4 janvier 2019.

L’école collaborative La petite fourmi de Wuhan est composée de deux classes. Les élèves ont entre trois et six ans. Il y a la classe Montaigne et la Classe Rousseau. Il y a 23 élèves par classe. L’école est dans une maison de ville sur 4 niveaux. Elle se situe dans une résidence et bénéficie de l’air de jeu de la résidence pour les enfants. Les enseignantes accueillent les enfants à partir de 8h et jusqu’à 9h.
L’enseignante de la classe Montaigne se nomme Huang Xiaolu, son assistante se nomme Liu Muqin et l’ATSEM se nomme Hu Yanxia. Dans la classe Rousseau l’enseignante se nomme Huang Li (Lilly) son assistante se nomme Zhu Haixia et l’ATSEM se nomme Qian Qi.

Durant la première semaine j’étais dans la classe Montaigne, qui est au 1er niveau, les élèves sont les plus petits de l’école. La seconde semaine j’étais dans la classe Rousseau qui est au rez-de-chaussée. Les enseignantes favorisent l’oral et par l’intermédiaire d’un adulte, l’écrit. Très peu d’élèves savent écrire en mandarin. Beaucoup écrivent leur prénom en Pinyin qui est la retranscription des caractères chinois mandarin en alphabet latin. La retranscription en Pinyin est pratiquée partout en Chine. Les chinois apprennent les caractères traditionnels ainsi que la retranscription phonétique en lettre latine. Ils sont basés sur l’alphabet francophone.

Lian Yvonne est la directrice de l’école, c’est elle qui coordonne toute les actions, elle laisse une grande autonomie aux enseignantes. Elle est très bienveillante et à l’écoute envers tous. C’est une ancienne professeure de l’université de Wuhan.

Sam est l’enseignant d’anglais, il est dans l’école depuis la rentrée. Il enseigne trois jours par semaine. Il participe au rituel dont le Quoi de neuf ? et durant la réunion du soir. Il accueille les élèves le matin. Il fait souvent chanter les enfants lors des apprentissages de la langue. Il est très expressif. En petit groupe, il travaille le vocabulaire autour d’histoires, de comptines ou d’es activités en arts plastiques. Les élèves ont une excellente compréhension orale, ils savent se présenter, répondre à une question par oui ou non, ont un vocabulaire varié autour des couleurs, de la météo et des aliments.

Nuho Mélissa enseigne les caractères Mandarin à une dizaine d'élèves de la classe Rousseau. Ils vont à l’école élémentaire à la prochaine rentrée. Elle utilise la méthode Freinet. Ainsi les textes sont tirés de leurs quotidiens à l’école. Le principal objectif est de reconnaitre les caractères en mandarin et les associer au pinyin. Les élèves savent écrire leurs prénoms et de petites phrases très simples.

Mickaël enseigne le français le vendredi. Depuis 13 ans il est installé en Chine. Il fait le rituel une semaine sur deux avec l’une des deux classes. Il met en place une pédagogie Freinet pour l’enseignement du Français Langue Etrangère. Il travaille en collaboration avec Melissa pour mettre en place une méthode commune. Toute la journée du vendredi il reçoit les élèves en petits groupes pour travailler le vocabulaire autour de chansons, d’histoires, d’arts plastiques ou d’expériences scientifiques.

Le mercredi, c’est l’activité de motricité avec un éducateur sportif. Les activités varient en fonction des séances. Le travail est fait en étroite collaboration avec les enseignants qui valident les compétences des enfants.
Avec un accessoire, l’éducateur proposé 5 activités ludiques qui font travailler l’équilibre, le saut, la force, la coordination et la concentration.

La cantine est dans l’école au niveau de l’espace motricité : les élèves ont leur place attribuée en fonction de leur classe. Ils récupèrent leurs assiettes et vont s’assoir. Ils récupèrent leur assiette, et vont s’assoir. Ils ne sont pas aidés par les adultes, ils choisissent ce qu’ils veulent manger. La salle de cantine n’est pas excessivement bruyante, il y a très peu de déchets de nourriture. Ils mettent de côté s’ils ne veulent pas manger. Puis ils vident leurs assiettes et la rincent. C’est important pour l’équipe enseignante que les élèves soient responsabilisés lors des repas, car c’est la poursuite du projet éducatif.
Lorsqu’ils ont fini, ils peuvent aller jouer dans l’espace motricité : il y a des jeux et une petite bibliothèque.


Mes observations :

Lundi 24 décembre
Je commence dans la classe Montaigne, les élèves me posent des questions en chinois et en anglais. L’enseignante est à l’entrée de l’école, elle fait l’accueil avec deux élèves. Pendant ce temps les élèves arrivent dans la classe, ils prennent le petit déjeuner ou ils vont travailler librement seuls ou en groupes (constructions et dessins principalement). Vers 9h les rituels commencent par la date, l’appel, la météo et le Quoi De Neuf ? C’est un moment de parole libre qui est animé par un élève. Chaque jour, un enfant ramène un objet, raconte un évènement de sa vie. Il le décrit, les autres enfants écoutent et posent des questions. Le tout est enregistré sous forme écrite par l’enseignant puis est compilé pour former un livre accessible aux parents. A l’école de la Petite Fourmi, un élève est désigné pour une période de deux semaines pour animer le temps de parole et appeler ceux qui le doivent à s’exprimer. La feuille du jour est pré-remplie. Vers 10 h nous sortons au parc, les enfants jouent sous la surveillance des adultes. Nous revenons vers 10h30 11h. À leur retour les élèves travaillent sur les ateliers qui seront présentés lors du marché du Nouvel An.
À midi les élèves vont déjeuner à la cantine, ils mangent avec les enseignants, j’ai apprécié ce moment car les enseignants restent présents pour les enfants. Le temps de restauration est un moment d’apprentissage. Quand ils ont fini ils peuvent aller jouer juste à côté. Malgré la mutualité des espaces, le temps de cantine est calme.
Les élèves de la classe Montaigne font la sieste de 12h50 à 14h40. Un élève a apporté des cadeaux pour l’ensemble de la classe. Des chocolats pour les filles et un jouet en forme de dinosaure pour les garçons. Il les pose à l’aide de l’enseignante et de l’ATSEM sur les oreillers de ses camarades. Ils se réveillent avec la surprise. Nous avons constaté que les élèves particulièrement les garçons étaient attirés par les dinosaures. Nous étions la veille de Noël, cet élèves voulait faire plaisir à ses camarades pour offrir un cadeau de Noël, cet évènement devient très populaire auprès des classes aisés chinoises. Mais il est à noter que la pédagogie Freinet favorise la bienveillance de l’enseignant mais aussi des élèves entre eux. C’est peut-être ces attentions qui ont poussés l’élève comme d’autres avant lui à offrir des cadeaux. Après ce moment de repos ils découvrent le cadeau et ils le rangent dans leur sac. Ensuite les élèves travaillent librement ou vont dans des ateliers dirigés pour préparer le marché du Nouvel An.

Pendant ce temps deux élèves préparent le goûter, qui sera pris vers 15h30. Ils vont chercher les gâteaux et les yaourts à la cantine. Ils doivent répartir équitablement les aliments. Les élèves sont poussés vers l’apprentissage de l’autonomie et du partage, car ils doivent répartir le goûter équitablement. Ils sont supervisés par un adulte, mais il intervient rarement. Les élèves cherchent les erreurs par eux-mêmes pour y remédier.

La dernière demi-heure est consacrée au résumé de la journée. Les élèves posent des constructions ou des dessins qu’ils ont faits seuls ou en groupes. Ils ont deux minutes pour expliquer à l’oral leurs travaux. En fin de journée l’enseignante fait le bilan de la journée et demande aux élèves ce qui les a marqués le matin et l’après-midi. Deux élèves sont désignés pour dessiner sur la feuille du jour les deux événements. C’est un moment intéressant notamment pour les élèves de 3 à 6 ans, qui ont du mal à structurer les évènements dans le temps. Ce moment de bilan permet d’avoir une approche temporelle des évènements et favorise la prise de parole en groupe ou seul. De plus le fait de le dessiner permet de garder une trace. Je n’ai pas vu ce moment dans les classes françaises mais il doit se pratiquer notamment dans les classes Freinet.
La journée se termine en chantant vers 17h.



Mardi 25 décembre
Comme tous les matins les élèves peuvent prendre le petit déjeuner dans la classe. Avec Sébastien nous avons dirigé l’atelier gâteau avec un groupe de chaque classe. Comme nous étions le 25 décembre nous avons fait un roulé à la confiture et au chocolat. Nous avons commencé avec les grands de la classe Rousseau puis avec les petits de la classe Montaigne. Les assistantes et les ATSEM nous ont aidés notamment pour la traduction et l’encadrement des élèves. Les élèves ont beaucoup aimé cuisiner, quand ils ont fini, ils ont rangé et nettoyé les tables. Ils étaient impatients de manger le gâteau. À midi nous avons pris le repas en commun avec les élèves et les enseignants, puis les élèves sont allés à la sieste jusqu'à 14h30. Pendant ce temps nous travaillons sur des devoirs où nous aidons l'enseignante pour préparer la classe (photocopie découpage etc.). Après la sieste, les élèves se dirigent vers les ateliers qui leur incombent (préparation du gouter, répétition pour le théâtre du nouvel An, exposition en astronomie et sur les dinosaures, etc.). Nous avons aidé les enseignantes à préparer le marché en encadrant et disposant les productions des élèves. Le travail de chaque enfant est constamment valorisé, afin d’encourager les élèves dans les apprentissages. C’est un des points centraux de la pédagogie collaborative.
Les enfants ont deux jours d'anglais par semaine avec un intervenant plus le club de langue après l'école, qui n'est pas obligatoire. Sam l’enseignant d’anglais fait les rituels en alternance entre les deux classes, puis il travaille en demi-classe, il axe l’apprentissage de la langue sur la répétition des mots.
Après le temps du repas une partie des élèves de la classe Rousseau travaille le mandarin avec Mélissa entre 13h 14h20. Les élèves travaillent sur les caractères chinois et le Pinyin. Ce sont la transcription des caractères chinois en alphabet européen. Les élèves les apprennent en les reproduisant. Les textes sont liés à leurs quotidiens. À 15h30 les élèves prennent leur goûter un fruit, un biscuit, une soupe sucrée, et le gâteau qu'ils ont fait.


Mercredi 26 décembre
Sam est avec les enfants de la classe Montaigne, ils font le rituel en anglais (la date, la météo et le nombre d’élève présent). Il enchaine avec le cours d'anglais collectif, il est axé sur les émotions. Il travaille le vocabulaire à l’aide de chansons. Puis il prend un 1/2 groupe pour faire verbaliser à travers le dessin grâce à la dictée à l’adulte. Avec le second groupe, Sam travaille autour de la pâte à modeler. Il associe la pratique et l’écoute. Le vocabulaire est associé à une chanson pour être mieux mémorisé. Le cours d'anglais dure 30 minutes ; il y a plusieurs répétitions de mots plus des chansons. Il s’aide de visuels (vidéos YouTube) pour favoriser la mémorisation des mots. La répétition des mots permet aux élèves de mieux les mémoriser, les élèves sont impliqués car ils connaissent les mots et ne se sentent pas en situation d’échec. Ils prennent plaisir à répéter les mots qui sont sous forme de comptine. Mickaël le professeur de français s’inspire de cette méthode pour l’apprentissage de la langue. Des compétences transversales sont ainsi acquises par les élèves.

Après le repas les élèves font la sieste. À leur réveil deux groupes d'élèves répètent les textes du théâtre avec l'enseignante qui fait aussi les mimes pour les aider. La gestuelle est très importante pour la mémorisation des textes pour les élèves. J’ai pu observer qu’un simple geste permet à des élèves de se rappeler du texte. La pédagogie mis en place dans l’école permet à chaque enfant de trouver sa place.

      
Jeudi 27 décembre
L’ensemble de l'équipe enseignante continue à préparer la fête de fin d'année ; les élèves répètent pour le théâtre, le chant et la danse. Ce jour-là l'ATSEM était malade. C’est pourquoi j'ai dirigé un atelier de découpage et de collage et certains élèves ont dessiné sur leur production. Puis, ils ont mis des mots sur leurs travaux. Liu Muqin l’assistante a noté sur la feuille leurs paroles.
Après la sieste un élève a préparé le goûter pour l'ensemble de la classe, il a su répartir et calculer sans l’aide d’adulte, il ne voulait pas que je l’aide. Il était sûr de lui, c’est un enfant qui est effacé dans le groupe mais qui s’affirme quand il doit prendre des décisions. Je pense que c’est révélateur de la pédagogie collaborative qui pousse les élèves à être autonomes.


Vendredi 28 décembre
C'est le jour de la fête de fin d'année, le grand événement avec la participation active des parents. Plusieurs stands : le labo expérimentation, les déguisements, le théâtre, le musée des dinosaures et d’astronomie, deux petites buvettes, des ballons gonflables, un Dinostore etc. Les parents aident au rangement. Après le marché nous avons déjeuné avec toute l'équipe; c'était un moment où nous avons pu échanger par rapport à cet événement.
Ce fut une belle fête, le travail d’un trimestre a pu être exposé pour que les parents découvrent le travail effectué. Au-delà de l’investissement financier des parents pour que l’évènement ait lieu, ils sont très investis dans la réussite de leurs enfants. Cela est culturel, car en Chine la réussite sociale est très observée. Mais ils sont aussi attentifs à l’épanouissement de leurs enfants, qui est un des vecteurs de la pédagogie Freinet.
L’après-midi il n’y a pas école et nous en profitons pour visiter Wuhan.


 
Samedi 29 décembre
C’est la journée du Français. Mickaël le professeur de français fait le rituel du matin avec les élèves de la classe Montaigne. Il demande aux élèves de choisir 3 chansons qui seront chantées pendant le rituel. La classe de langue est divisée en deux un côté l’anglais et de l’autre le français. Mickaël qui met en place une méthode d’apprentissage compatible avec la pédagogie Freinet. Il note, en français, au tableau les différents ateliers et il mime tous ses gestes afin que les élèves mémorisent les mots. Mickaël est parfaitement trilingue, français, anglais, chinois. Il joue avec les enfants lors de la pause repas. Il travaille en groupe de 5-6 élèves autour du thème Noël et de l’hiver. Il mène des ateliers de sciences et de manipulations le tout en français afin de contextualiser le vocabulaire. Il termine la journée lors du bilan avec les élèves de la classe Montaigne. Sébastien et moi avions chacun notre groupe, nous devions travailler autour du vocabulaire déjà acquis par les élèves. Les élèves devaient mimer les mots (pas bien, content, pas content, lapin, ours, hibou…). L’apprentissage par le mime est une méthode intéressante car elle permet aux élèves de mémoriser plus facilement. Comparer à l’anglais les méthodes d’apprentissage du français langue étrangère ne sont pas aussi fournies. Mickaël tâtonne et met en place sa propre méthode inspiré de la pédagogie coopérative et adaptée au public chinois. Ils s’inspirent de la méthode anglaise qui marche très bien notamment chez les maternelles. Il y a des répétitions de mot associé à un geste le tout rythmé par une chanson. Les deux enseignants alternent entre la répétition de mot et les ateliers de manipulation.


Mardi 2 janvier
Je suis dans la classe Rousseau. L’enseignante se nomme Huang Li, l’assistante se nomme Zhu Haixia, l’ATSEM se nomme Qian QI. Une partie des élèves vont en élémentaire l’année prochaine. C’est l’assistante qui mène les rituels (météo, les présents et absents…). Les élèves sont autonomes, ils dessinent ou jouent en petits groupes. Ce sont des moments propices aux dialogues entre les élèves. À dix heures la classe se rend en salle de motricité pour la séance d’EPS. L’assistante évalue les élèves en motricité selon une grille d’évaluation. L’intervenant en EPS a mis en place 5 ateliers autour de la corde. L'enseignante prépare les cahiers d’évaluation qui seront remis aux parents. Après le repas une partie de la classe travaille avec Melissa sur les caractères en mandarin. Elle souhaite mettre en place une méthode d’apprentissage inspiré de la pédagogie Freinet.
Les élèves s’entraident, que ce soit pour un dessin, une construction ou pendant le temps de parole. Durant le rituel en fin de journée les élèves parlent d’un objet qu’ils ont apporté de chez eux ou quelque chose qui leur tient à cœur. Il y a un maitre de cérémonies, qui donne la parole à l’aide du bâton de parole. Le maitre de cérémonies change tous les jours. Leurs dessins et leurs constructions sont pris en photo et mis dans le cahier de vie personnel et dans le cahier de vie de classe. La pédagogie collaborative encourage la valorisation du travail de l’élève notamment en l’affichant dans le cahier de vie de l’enfant. Cela permet de garder une trace de l’action effectuée seul ou en groupes. Les élèves travaillent souvent en groupes et ils échangent entre eux pour se mettre d’accord sur ce qu’ils veulent faire. Il y a une réelle ambiance collaborative au sein de l’école.

 
Mercredi 3 janvier
Ce jour je là nous avons fait des cookies avec un groupe de chaque classe. Nous avons fait les pesées avant car nous avions juste une balance (jouet de la classe Montaigne). Au début les élèves n’osent pas toucher et au fur et à mesure ils mélangent avec les mains. Ils donnent des formes aux biscuits avec les emporte-pièces et même avec leurs mains. Ils apprécient de cuisiner. Pendant la cuisson l’assistante de la classe Rousseau présente les ingrédients que nous avons utilisés. Après la cuisson les élèves retournent dans leur classe.
Après le repas les élèves plus âgés restent avec Mélissa pour le cours de mandarin. Après la sieste les élèves choisissent un atelier libre (dessin, jeux, construction...). Ils prennent le gouter en décalé, les petits puis les grands.
Durant le temps d’échange de la fin de journée un élève qui n’est pas très intégré au groupe souhaite être le maitre de cérémonie. Élise une petite fille qui l’aide, l’assiste, au final c’est elle qui va animer la séance. Il sera tout de même félicité par ses camarades. J’ai trouvé cela très touchant car les élèves essaient de l’intégrer et de valoriser ses actions, personne ne se moque de lui, là encore l’école favorise les comportements bienveillants, qui sont initiés par les enseignants.
Nous rencontrons Mr Lafitte ancien professeur de l’ESPE de Beauvais, il est venu pour former les équipes de la petite fourmi. Nous en profitons pour échanger avec lui sur la pédagogie Freinet.


Vendredi 4 janvier
C’est le jour du Français, Mickaël fait le rituel avec la classe Rousseau, il demande aux élèves de choisir 3 chansons qui seront chantées durant le rituel. Son visuel est celui que l’on peut retrouver dans les écoles maternelles françaises, c’est celui du Loup. Mickaël mime les chansons pour le vocabulaire. Il ne fait pas le même rituel entre les deux classes. Il y a eu un conflit durant le rituel, il a pris les deux élèves et a discuté avec elles pour comprendre et leur demander de s’excuser.
Pour les ateliers en petits groupes, il travaille un vocabulaire autour de la famille et des animaux. L’après-midi il fait des expériences de sciences en Français.

Le stage se termine nous repartons riches d’une belle expérience humaine et professionnelle.
À 14h30, nous partons pour Beijing puis Paris.
Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page