• CNRS
  • Logo UPJV

Rechercher


lu ma me je ve sa di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Connexion utilisateur

CV


CV

Mélanie ROUSSEL

Docteure en sociologie au CURAPP-ESS (UMR CNRS 7319)

e-mail : melaniemarie.roussel@gmail.com

 

CURRICULUM VITAE

 

DOMAINES DE RECHERCHE

 

Sociologie du travail et de l’emploi

Sociologie des temporalités

Les mondes industriels

Mobilisations et résistances

 

Mots clés

Relations professionnelles, entreprise, paternalismes, crises, restructurations, trajectoires de vie, flexibilité, chômage, mondes industriels, innovations, action publique et dynamiques territoriales

 

TITRES UNIVERSITAIRES

2011                 Doctorat de sociologie, Université de Picardie Jules Verne.

Thèse soutenue le 7 décembre 2011, mention « Très honorable » avec « les félicitations » à l’unanimité du jury, sous la direction de Frédéric LEBARON (PU) et Alain MAILLARD (MCF HDR) : Les temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de SAINT FRERES. Flixecourt 1930-1945.

Membres du jury :

Virginie DE LUCA BARRUSSE, Professeure de démographie, UPJV (Présidente), CURAPP-ESS

Odile HENRY, MCF de sociologie (HDR), Université Paris-Dauphine (Rapporteur), IRISSO

Jens THOEMMES, Directeur de recherche CNRS, Université Toulouse 2, le Mirail (Rapporteur), CERTOP

Thomas LOUÉ, MCF d’histoire, Université de Strasbourg-IUFM, CHCSC

Frédéric LEBARON, Professeur de sociologie, UPJV (Directeur de thèse), CURAPP-ESS

Alain MAILLARD, MCF de sociologie (HDR), UPJV (Codirecteur de thèse)

 

2003                DEA Savoirs, Identités, Sociétés, UPJV

2001                Maîtrise de Sociologie, UPJV.

 

Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en section 19 du CNU (Sociologie, démographie).

Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en section 22 du CNU (Histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain).

 

Auditionnée en 2015 sur le poste de Maître de conférences en sociologie « Sociologie du travail et des organisations », Université Paris-Ouest, Nanterre, La Défense (Paris 10).

Auditionnée et classée 2ème en 2012 pour le post-doctorat sur le projet ANR MONDEX (sur la fermeture de l’usine Molex à Villemur-sur-Tarn), laboratoires partenaires de l’ANR : le LaSSP, IEP Toulouse et l’ISP, Université Paris-Ouest, Nanterre, La Défense.

 

FONCTIONS UNIVERSITAIRES

2015-2014        Post-doctorante sur le projet structurant régional DYDIATEP (Dynamiques territoriales et dialogue social, pour une approche combinée, du travail, de l’emploi et des parcours professionnels) au CURAPP-ESS, dans le cadre d’un partenariat entre l’université de Picardie Jules Verne et l’ARACT (Association régionale pour l’amélioration des conditions du travail).

2015-2009       Chargée de cours : Université d’Aix-Marseille (UNIV-AMU), UFR Arts, Lettres, Langues, 2015. Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), UFR de Sciences, 2015. Université de Picardie Jules Verne (UPJV), UFR de Philosophie et de Sciences Humaines et Sociales, 2015-2009.

2013                 Ingénieur d’étude au CURAPP-ESS pour la création du Centre de données sociales et politiques (CEDOSPO), dans le cadre du projet 2012-2015 du CURAPP, qui a pour objectif la réunion et la mise à disposition des données et matériaux (textuels, prosopographiques, quantitatifs, etc.) recueillis au cours des recherches menées par les membres du laboratoire.

2006-2009        Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Université de Picardie-Jules Verne (UPJV), UFR de Philosophie et de Sciences Humaines et Sociales

2006-2003       Chargée de cours : Université de Picardie Jules Verne (UPJV), UFR de Philosophie et de Sciences Humaines et Sociales

 

FORMATIONS AUX METHODES QUANTITATIVES

2015 Formation à l’école d'été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales, Quantilille, sur « L'analyse de réseaux » avec Pierre Mercklé & al., organisée par le Centre de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS), avec le soutien du CNRS, du Consortium Européen de Recherche Politique (ECPR), de l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, du Centre de Données Socio-Politiques (CDSP) et de l’Université de Lille 2.

 

 

ENSEIGNEMENTS

Chargée de cours :

 Université d’Aix-Marseille (UNIV-AMU), UFR Arts, Lettres, Langues - Sciences Humaines, en 2015, 3 heures

- Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), UFR de Sciences, en 2015, 36 HETD

- Université de Picardie Jules Verne (UPJV), UFR de Philosophie et de Sciences Humaines et Sociales, de 2009 à 2015, 62 UC et de 2003 à 2006, 180 UC

Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Université de Picardie-Jules Verne (UPJV), UFR de Philosophie et de Sciences Humaines et Sociales, de 2006-2009, 216 UC

Encadrements étudiants :

- Suivi de mémoire Master 2 de sociologie et DEIS (Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale) (32h/2 ans/mémoire)

- Suivi de stage Program Leonardo da Vinci

- Participation aux discussions sur les maquettes des Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS)

 

Détail des enseignements :

Cours magistraux,

- CM Licence 3 : Sociologie de l’emploi : approche quantitative. Parcours Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) , 9h/gpe/sem (27/gpe/sem au total CM+TD). UVSQ

- CM Master 1 : Travail et action collective, 2h/gpe/sem. Discipline : Sociologie. UPJV

- CM Master 1&2, Anthropologie de l’entreprise, 3h/gpe/sem. UNIV-AMU

- CM Master 2 Conduite des organisations et des dispositifs d’insertion et de reclassement (CODIR), Les pôles de compétitivité, Module Territoire et emploi, , 3h/gpe/sem. UPJV

- CM Master 2 Recherche : Les temporalités de la thèse et de l’après thèse, séminaire transversal, 6h/gpe/sem. UPJV

- CM Master 2 : Conseil en Organisation et Conduite des Innovations Technologiques et Sociales (COCITS), Paternalismes d’hier et d’aujourd’hui, 6h/gpe/sem. UPJV.

 

Travaux dirigés,

-          Travaux Dirigés Licence 3 : Sociologie de l’emploi : approche quantitative. Parcours Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS). 9h/gpe/sem (27/gpe/sem au total CM+TD). UVSQ

-         Travaux Dirigés Licence 1 : Métier de chercheur/projet de formation. Discipline : Sociologie. 24h/gpe/sem. UPJV

-          Travaux Dirigés Licence 1 : Introduction à la sociologie. Discipline : Géographie, Histoire et Sociologie. 12h/gpe/sem. UPJV

-          Travaux Dirigés Licence 1 : Histoire de la sociologie. Discipline : Géographie, Histoire et Sociologie. 12h/gpe/sem + 12h/gpe/sem pour projections et débats. UPJV

-          Travaux Dirigés Licence 2 : Auteurs et théories. Discipline : Sociologie. 18h/gpe/sem. UPJV

 

PUBLICATIONS

Articles (Revues à comité de lecture)

 - « L’usine du début des années 1930, antre de domination exaltée et de rébellion tempérée », Cahiers d'histoire, Revue d'histoire critique, n°125, "Rebelles au travail", 2014, p. 49-68.

- « Les temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de Saint Frères. Flixecourt 1930-1945 », position de thèse, Les Études Sociales, n° 155, « Les pratiques sociales au prisme du budget », 2012.

- « Des trajectoires irréversibles renversées. Les impacts de la crise des années 1930 sur le quotidien des ouvriers Saint Frères », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 04 juillet 2011. URL : http://temporalites.revues.org/index1485.html

- « Retour sur le régime temporel d’une entreprise paternaliste (Saint Frères, Flixecourt, années 1930-1950) », Les Mondes du Travail, n°2, 2006, p. 31-42.

- Avec Isabelle Farcy, « Enquête dans trois PME du Vimeu : la cohabitation d’archaïsme et d’hypermodernisme », Les Mondes du Travail, n°1, 2006, p. 50-62.

 

Contributions à des ouvrages collectifs

- « Une traversée de la socio-histoire. Entre temporalités sociales et temporalités historiques », Claude Dubar et Jens Thoemmes (dir.), Les temporalités en sciences sociales, Éditions Octarès, Coll. Temporalités : Travail et Sociétés, Toulouse, 2013, p. 107-116.

- « Grains de sable dans le système de domination temporel et spatial de l’industrie textile de la première moitié du 20e siècle », Stéphen Bouquin (dir.), Résistances au travail, Syllepse, Paris, 2008, p. 79-96.

 

Rapports de recherche

- Les pôles de compétitivité et le travail, projet structurant du Conseil Régional de Picardie DYDIATEP, 2014/2016, 150 pages, CURAPP-ESS, UPJV, avril 2016.

 

Actes de colloque

- « Articuler les temporalités sociales et historiques dans l’analyse des trajectoires professionnelles en crise d’hier et d’aujourd’hui », dans Trajectoires et âges de la vie, Actes du XVIIIe Colloque international de l’Association internationale des démographes de langue française, 2016, à paraître (ci-joint attestation).

- « Le Vimeu entre passé et présent industriels » avec Isabelle Farcy, dans Relation au travail, Relation de Travail, Xe journées internationales de sociologie du travail, GRIS et le LISE, Vol. 1, 2005.

 

Recensions

- Claire Thébault et Jens Thoemmes, L'industrie à la campagne - 50 ans de mémoire ouvrière d'une usine de pâte à papier dans les Pyrénées, Octarès, Toulouse, 2014 , dans la Nouvelle Revue du Travail n°6, 2015.

- Gilles Pronovost, Comprendre les jeunes aujourd’hui : Trajectoires, temporalités, Presses de l’Université du Québec, Québec, Canada, 2013, dans Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2854

- Paul Bouffartigue, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, PUF, coll. Le travail humain, Paris, 2012, dans Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013. URL : http://temporalites.revues.org/2650

- Linhart Danièle et Moutet Aimée (dir.) Le travail nous est compté. La construction des normes temporelles du travail, Éditions La Découverte, coll. Recherches, Paris, 2005, dans Les Mondes du travail n°2, 2006, p. 116-117.

- Gérard Noiriel, Gens d’ici venus d’ailleurs. La France de l’immigration, 1900 à nos jours, Éditions du Chêne, Paris, 2004, dans Les Mondes du travail n°1, 2006, p. 137-138.

 

Rapports de recherches collectives

- Construction et usages des indicateurs sociaux : pauvreté et inégalités, projet structurant du Conseil Régional de Picardie BIPP, sous la direction de Frédéric Lebaron et Claude Thiaudière, CURAPP, 2009/2012, rapport de 122 pages :

            • Collaboration à la collecte et à l’analyse des données quantitatives sur les indicateurs sociaux,

            • Construction d’un baromètre régional et national sur les inégalités et la pauvreté.

 

- Histoire et mémoires des immigrations en région Picardie, projet de recherche financé par l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ), sous la direction d’Alain Maillard 2005/2007, rapport de 500 pages. :

            • Collaboration à la 3e partie du rapport « Univers de migrants Aspects de la recherche régionale »,

                    • Rédaction de la synthèse.

 

- Représentations et dialogue social dans les petites et moyennes entreprises européennes – SMALL, Representation and Voice in Small and Medium Sized European Enterprises : Monitoring Actors, Labour Organisations and Legal Framework (5th Framework programme contract number HPSE-CT-2002-00152) regroupant huit pays, la Belgique, la Bulgarie, la France, la Hongrie, l’Italie, le Portugal, la Suède et le Royaume-Uni, projet européen financé par la Commission européenne, 2002/2006 ; recherche en partenariat avec des membres du laboratoire Georges Friedmann (Université Paris 1), dont une partie est présentée dans la revue transfer : European Review of Labour and Research, intitulée « Can Europe’s trade unions represent and organise workers in SMEs ? », Volume 13 Number 1, Spring 2007, 176 p.)  :

            • Réalisation de monographies de PME du Vimeu (secteur méridional de la côte picarde),

            • Collaboration aux séminaires de travail (Paris, Sofia et Lisbonne).

 

COMMUNICATIONS

Congrès, colloques, journées d’études, séminaires

Congrès

- « L’engagement au nom de la pérennité », RC 30 Sociologie du travail, session Actualités du paternalisme, Annie Lamanthe, Lylia Palacios et Stéphanie Barral (dir.), XVIII ISA (International Sociological Association) World Congress of Sociology Facing an unequal world : challenges for global sociology, 13-19 juillet 2014, Yokohama, Japon (proposition acceptée).

- « La flexibilité avant la lettre », XIXe congrès de l’ Association internationale des sociologues de langue française, AISLF, Penser l’incertain, CR 10 « Les temps sociaux », Jens Thoemmes et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), 2-6 juillet 2012, Rabat, Maroc.

- « Des ruses au quotidien : les conditions de la liberté ouvrière dans le système paternaliste français », colloque La ruse, entre la règle et la triche, 78e congrès de l’Association francophone pour le savoir, ACFAS, du 10 au 14 mai 2010, Université de Montréal.

 

Colloques

- « Les pôles de compétitivité, des "facilitateurs" face à la crise? », XVe journées de sociologie du travail, Crise(s) et mondes du travail, du 11 au 13 mai 2016, Université Panteion, Athènes, Grèce.

- « Un siècle de restructurations au « pays » du textile », XVe journées de sociologie du travail, Crise(s) et mondes du travail, du 11 au 13 mai 2016, Université Panteion, Athènes, Grèce.

- « L’usine du début des années 1930, antre de domination exaltée et de rébellion tempérée », aux Rendez-Vous de l'histoire de Blois Les Rebelles, en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Centre National du Livre, l’Institut français, l’université François Rabelais de Tours, etc., 9-12 octobre 2014, Blois.

- « Articuler les temporalités sociales et historiques dans l’analyse des trajectoires professionnelles », XVIII colloque international de l’Association internationale des démographes de langue française, AIDELF, Trajectoires et âges de la vie, 26-30 mai 2014, Université de Bari Aldo Moro, Italie.

- « Saint Frères, un régime temporel paternaliste, Flixecourt 1930-1950 », colloque Friches industrielles et mémoires : du paternalisme aux réhabilitations, CEFRESS, mars 2007, Université de Picardie Jules Verne.

- « Le Vimeu entre passé et présent industriels » avec Isabelle Farcy, Xe journées de sociologie du travail, Acteurs et action collectives : quelles figures nouvelles ?, novembre 2005, Université de Rouen.

 

Journées d’études

- Présidente et discutante de la table ronde « Mobilisations et fermetures » aux journées d’études interdisciplinaires « Les mondes ouvriers : quelles mobilisations ? », avec Emmanuel Pierru, Sébastien Vignon, Nathalie Frigul et Pascal Depoorter, organisées par le CURAPP-ESS, 13-14 mai 2014, UPJV.

- « Les ouvriers Saint Frères à l’épreuve de restructurations de l’industrie textile dans les années 30 », journées d’études interdisciplinaires Fermetures d’usines, 4-5 avril 2013, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

- « La vallée de la Nièvre, un territoire aux prises avec les mutations économiques », contribution à la seconde journée « réservée » aux échanges entre équipes autour de la désindustrialisation en France, journées d’études interdisciplinaires Fermetures d’usines, 4-5 avril 2013, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

- « Des trajectoires irréversibles renversées. Les impacts de la crise des années 1930 sur le quotidien des ouvriers Saint Frères », journée d’études, Temps de crises et crise des temps, 17 septembre 2010, CNAM, Paris.

- Discutante du film « Mémoires d'oubliés » en présence de sa réalisatrice, Odile Delhaye, aux Journées d’études de Guise, équipe Habiter PIPS, 19 et 20 novembre 2009, UPJV.

- « Des espaces-temps fédérateurs d’une identité de classe : les ouvriers de Saint Frères », journée d’études Caste, classe, ethnicité : dynamiques de construction des identités communautaires, CEFRESS, 4 avril 2007, UPJV.

- « Saint Frères, un temps hégémonique », journée d’études Les Mondes du Travail, états des lieux, CEFRESS, mai 2002, UPJV.

 

Séminaires

- « Les pôles de compétitivité et le travail », Séminaire Dydiatep, 18 mars 2016, CURAPP-ESS, UPJV.

- « Recomposition des territoires de l’emploi et du travail », Journées hors les murs du Centre Pierre Naville-Université d’Evry-Val-d’Essonne, 19 et 20 mai 2014, UPJV.

- Discutante de Christian Azaïs (IRISSO et CRIISEA, MCF HDR d’Economie de l’UPJV) sur l’article « Normes d’emploi, hybridation et zone grise chez les pilotes d’hélicoptère au Brésil : les enjeux de la globalisation », Revue TiersMonde, n° 218, avril-juin, 2014, dans le séminaire Travail, crise et restructuration, 18 avril 2014, CURAPP-ESS, UPJV.

- Discutante (avec Thomas Venet, doctorant INED/CURAPP) de Jean-Luc Deshayes (2L2S-GREE, MCF à l'IUT de Longwy) sur les impacts de fermeture d'usines sur le territoire de Longwy, séminaire Travail, crise et restructuration, 9 avril 2013, CURAPP-ESS, UPJV.

- « Les années 1930 chez Saint Frères, un aperçu des dynamiques contemporaines de la crise du monde ouvrier », séance « Enquêtes dans la Vallée de la Nièvre », séminaire Travail, crise et restructuration, 19 avril 2013, UPJV.

- « La crise du travail sous la Grande Dépression : un chômage au pluriel », séminaire mensuel PRaTO (Pratiques de Travail et d'Organisation) Le travail en temps de "crise", organisé par Anne Bory, Yves Cohen, Nicolas Hatzfeld et Cédric Lomba, 23 novembre 2012, l'EHESS.

- Présidente de la séance « Les mots de la crise » séminaire Travail, crise et restructuration, mars 2010, UPJV.

- « Les problèmes de périodisation et d’usage des notions de générations », séminaire Mondes du Travail du 13 février 2004, UPJV.

- « Les approches historiques des mondes du travail. Chez E.P. Thompson, les auteurs de La France ouvrière et de ̎ Comment les historiens parlent-ils du travail ? ̎, Cahiers d’histoire, n°83, 2001) », séminaire Mondes du Travail du 18 avril 2002, UPJV.

 

Valorisation de la recherche

Documentaire audiovisuel

- Intervenante dans le documentaire Guilleminot, Plus de cent ans d’une dynastie d’industriels (1858-1992), ARCHIPOP, avec le soutien du Conseil régional de Picardie, sortie 2016.

 

Conférences-débats

- Conférence-débat autour du film de Gilles Perret, « De mémoires d’ouvriers, l’autre France d’en haut », Les Saisons du cinéma, organisées par l’ACAP - Pôle Image Picardie, vendredi 23 mars 2012, Rantigny.

- Conférence-débat La vie ouvrière, histoire et crise industrielle en Picardie, le 22 mars 2010, espace culturel Saint-André, Abbeville.

 

RESPONSABILITÉS SCIENTIFIQUES

Coordination/Rédaction de revues

- Revue Temporalités, revue interdisciplinaire (expertise interne de 6 à 8 textes par an : deux à quatre articles, deux introductions, et deux appels à contributions), depuis 2012.

http://temporalites.revues.org/

- Revue Les Mondes du Travail, revue interdisciplinaire, 2005-2011.

http://lesmondesdutravail.net/

 

Expertise externe de revues

- Interventions économiques / Papers in Political Economy, revue en économie politique et en socio-économie. http://interventionseconomiques.revues.org/

 

Co-organisation de Colloques internationaux, Journées d’études, Séminaires, Conférences-débats

- Colloque international, « Conversions du travail, de l’emploi et des territoires », avec l’équipe Dydiatep, organisé par le CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne, juin 2017 (en préparation).

- Journées d’études, « Les mondes ouvriers : quelles mobilisations ? », avec Emmanuel Pierru, Sébastien Vignon, Nathalie Frigul et Pascal Depoorter, organisées par le CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne, 13-14 mai 2014.

- Journées d’études, « Fermetures d'usines. Sociologie politique de la désindustrialisation », avec Anne Bory, Caroline Frau, et Alexandra Oeser, dans le cadre de l'ANR MONDEX regroupant deux collectifs de travail, ANR Mondex (Le LaSSP et l’ISP, Le CLERSE) et Projet Mutec-Dydiatep (Le CURAPP-ESS), Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 4-5 avril 2013.

- Journées d’études, « 1968-2008, enjeux de mémoire et actualité de la contestation », organisée par les laboratoires CURAPP, Habiter PIPS et la revue Les Mondes du travail, UPJV, le 11 juin 2008.

- Séminaires, « Travail, crise et restructuration » avec Pascal Depoorter et Nathalie Frigul, UPJV, 2009-2010.

- Conférences-débats, Patrick Cingolani, « Le vrai faux problème du chômage des jeunes », organisée par la revue Les Mondes du travail, UPJV, le 20 mars 2007.

 

Collaboration à des groupes de travail et des associations

- Membre du groupe de travail PraTO (Pratique, Travail et Organisation), EHESS, depuis 2012

- Membre de l’Association liée à la revue Temporalités, depuis 2012 (candidate à la fonction de trésorière 2016)

- Membre de l’AIDELF (Association internationale des démographes de langue française), depuis 2014

- Membre de l’IR Share (Industrial relations Share), 2013-2014. http://www.irshare.eu/

- Membre de l’AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française), 2012-2013

- Membre de l’AFS (Association Française de Sociologie), 2011-2012

- Membre élu du Conseil Scientifique, UPJV, 2010-2011.

 

RECHERCHES EN COURS

- Dynamiques territoriales et dialogue social, pour une approche combinée, du travail, de l’emploi et des parcours professionnels (DYDIATEP), dans le cadre d’un programme financé par le Conseil Régional, en tant que post-doctorante au CURAPP-ESS avec l’Aract. Cette recherche entend questionner, à l’échelle locale, régionale voire nationale et européenne, les conditions de travail d’une part, les normes d’employabilité d’autre part, au regard notamment des processus de « revitalisation » des territoires et des perspectives de reconversions professionnelles. Elle s’intéresse également aux formes et modalités de l’action publique accompagnant les mutations économiques.

 

- Socio-histoire des restructurations. Étude de cas de l’industrie textile. La crise financière amorcée en 2008 exacerbe une crise de l’emploi et du travail notamment dans l’industrie, engagée depuis plusieurs décennies. En France, en 2008, on comptabilisait 1 049 plans de sauvegarde de l’emploi contre 2 242 pour l’année 2009. Ces chiffres conséquents ne reflètent pourtant qu’une partie des restructurations : d’une part, les restructurations ne se soldent pas automatiquement par des licenciements et d’autre part certaines sont plus « discrètes », « silencieuses ». Afin de mieux saisir ces restructurations qualifiées de « diffuses, permanentes, protéiformes, omniprésentes » il sera question dans ce projet d’apporter un éclairage sur l’inscription des restructurations actuelles dans l’histoire longue des entreprises.

 

- L’engagement au nom de la pérennité. Étude de cas, la FAVI. Le(s) paternalisme(s) du « premier » et « second esprit du capitalisme » ne sont plus mais des caractéristiques de ceux-ci perdurent notamment au travers de la « culture d’entreprise ». Cette culture à la Favi se consolide autour de deux valeurs : l’homme est bon et l’amour du client (car c’est lui qui paie). Le discours tenu est celui d’une volonté de ne pas délocaliser et de maintenir le site sur Hallencourt. Antérieurement, le paternalisme offrait protection (comme les conditions de logement, d’éducation nécessaires à la reproduction de la cellule familiale) en échange de leur subordination. Aujourd’hui, la contrepartie à cet engagement objectif ainsi que subjectif des salariés subsisterait dans cette « promesse » de non-délocalisation permettant la conservation de l’emploi et par la même occasion les protections prises en charge par l’Etat dans ce cadre.

 

RÉSUMÉ DES TRAVAUX

THÈSE

Les temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de SAINT FRERES. Flixecourt 1930-1945

À partir du 19e siècle, nombre d’entreprises endosse la bannière paternaliste. Les études sur le sujet juxtaposées les unes après les autres illustrent une pluralité des modèles paternalistes. Ce qu’elles montrent moins, c’est la fragilité et la variabilité de ces systèmes. Avant toute chose, cette recherche démontre qu’au cours de la première moitié du 20e siècle, plus précisément entre 1930 et 1945, le déroulement temporel du quotidien ouvrier varie de manière beaucoup plus erratique que la notion de paternalisme ne le laisse entendre d’ordinaire.

 

En effet, l’expérience ouvrière à Saint Frères Flixecourt (localité au cœur du système productif réticulaire Saint Frères qui se déployait principalement dans la Somme en Picardie) n’est pas aussi stabilisée qu’on pourrait le penser en la qualifiant de paternelle. Sur la période 1930-1945, elle connaît de profondes transformations (innovations, mécanisation, rationalisation et mondialisation), lesquelles offrent un aperçu des dynamiques contemporaines de la crise du monde ouvrier : la flexibilité (horaires variables, voire les débuts d’une individualisation du temps de travail), l’externalisation, la précarisation, et par là la perte d’assurance quant aux bornes temporelles qui, de la naissance à la mort de l’individu, étaient pensées comme fichées en terre. En d’autres termes, l’idée naïve d’un « avant » et d’un « aujourd’hui » antinomiques trouve là un point de discussion et de critique.

La crise de 1929 entraîne des trajectoires qui varient du statu quo à l’exclusion pour les travailleurs. Les années 1930 constituent en effet une rupture avec un chômage désormais durable pour certains. Elles sont, également, pour d’autres, l’histoire de l’apprentissage d’un temps de travail discontinu. Les expériences en tant que chômeur partiel, transféré (situation qui aujourd’hui se rapproche de la notion de « reclassement» avec une injonction à la mobilité, mais de manière moins prononcée spatialement), chômeur complet, « passager », « mis de côté », « excommunié », « du dedans » (résidants) et « du dehors » (extérieurs) se côtoient désormais dans la vallée. Puis suivent cinq années de bombardements, de mitraillages, de pillages, d’arrestations, d’exécutions et de réquisitions de toutes sortes, même humaines avec le STO ; et les ouvriers de Saint Frères ne sont pas épargnés. Des familles sont parfois séparées, les uns prisonniers, les autres internés, certains déportés, ou encore requis pour le travail au service de l’Allemagne. Mais, dans le même temps, se manifestent des résistances, une vie clandestine des réfractaires qui conduisent à l’abandon du domicile et des rythmes du quotidien jusqu’alors bornés par l’entreprise. Ces « épreuves » multiples et hétérogènes occasionneront chez les ouvriers des crises biographiques voire identitaires. L’analyse des carrières nous montre alors que le modèle paternaliste ne constitue pas un rempart à l’accélération du changement social.

Cette recherche témoigne qu’il ne faut pas céder au mythe d’une classe ouvrière homogène et soudée pour comprendre les données et les trajectoires des travailleurs de cette période. Loin de constituer une classe uniformément solidaire et mobilisée, le monde ouvrier s’unifie et se fragmente en fonction des aléas que génèrent les crises et les expériences du chômage qu’elles impliquent. Elle n’en utilise pas moins les arts de la résistance, explicites, extériorisés, ouverts sur l’espace public et aussi d’autres plus implicites liés à une « subjectivité rebelle » qui interroge sur le sens que les dominés donnent aux conditions de subordination. Si le temps de l’Horloge s’impose à toutes et à tous, nombreux sont ceux qui flirtent avec le retard, voire rusent avec les règles.

 

Le terme « quotidien » peut alors aisément être mis au pluriel. Les temps de crise influent en effet sur les ouvriers de manière hétérogène. Les conséquences qui en résultent sont liées aux positions différenciées dans l’organisation patronale paternaliste. Cette recherche révèle une histoire mouvante où crises, innovations et rationalisation s’entremêlent. Le voile se lève sur l’enchronie, concept proposé pour exprimer les temps propres à un « chez soi » qu’on pense connaître et maîtriser et qui comporte de ce fait une dimension utopique : une idéalisation d’un temps à venir, sécurisé.

 

 

CV