• CNRS
  • Logo UPJV

Rechercher


lu ma me je ve sa di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Connexion utilisateur

Action publique, acteurs privés : interactions, régulations, espaces


Responsables : Rémy Caveng, Florence Jamay & Ana Perrin-Heredia

Équipe : Annabelle Allouch, Estelle Aragona, Isabelle Astier, Myriam Bachir, Frédéric Ballière, Tiphaine Barthelemy, Pierre-Yves Baudot, Maïté Boullosa-Joly, Mouloud Boumghar, Thu Giang Bui, Chloé Caquineau, Vincent Cardon, Emmanuel Casenove, Rémy Caveng, Bernard Champaloux, Anne Corcos, Lucie Delabie, Charlotte Delabie, Clara Deville, Guillaume Dézobry, Mohamed Diop, Richard Djimrabeye, Maia Drouard, Dominique Fermeaux, Harouna Garba Hamani, Sandra Fontanaud, Josiane Gédéon, Rémy Hernu, Hasin Hirka, Kamal Hmidan, Florence Jamay, Laurence Jourdain, Nathalie Le Bouteillec, Ambroise Legonou, Sébastien Lehembre, Elodie Lemaire, Benoit Mercuzot, Julie Léonard, Antoine Moussita, Isabelle Muller-Quoy, Jérôme Ndereyimana, Nathalie Oria, Cathia Papi, Dominique Parsy, Ana Perrin-Heredia, François Rangeon, Adama Sakho, Arnaud Sée, Charles-Édouard Sénac, Mohamed Sidir, Claude Thiaudière, Sébastien Vignon, Tariel Vatchadze, Chloé Vlassopoulos.

Cet axe regroupe des recherches en sociologie, science politique, droit et anthropologie mettant au coeur de leurs problématiques l’imbrication entre les logiques économiques - ou relevant plus largement de la sphère individuelle et privée - et celles de l’action publique.

Plus précisément, il s’agit d’analyser de quelle manière les producteurs non étatiques de l’action publique (entreprises, ONG, lobbys, élus, associations, think-tanks, acteurs sociaux…) orientent les politiques à partir de logiques économiques et sociales propres, et comment les interventions des pouvoirs publics exercent en retour des effets différenciés sur ces groupements. On interroge ainsi la nature et le déplacement des frontières, toujours en tension, qui délimitent à un moment donné et dans des contextes spécifiques ce qui est identifié comme relevant des intérêts particuliers et ce qui est construit comme « l’intérêt général ». Sont placés au centre de ces recherches les conflits potentiels entre différents principes de légitimité, pouvant mener à leur modification et à celle des normes qui en découlent.