• CNRS
  • Logo UPJV

Rechercher


lu ma me je ve sa di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Connexion utilisateur

Présentation Axe 4


Axe 4 : Liens sociaux et politisations

 

Responsables : Tiphaine Barthélémy, Rémy Caveng, Romain Pudal

 

Les recherches menées dans le quatrième axe du laboratoire ont comme dénominateur commun de saisir les rapports sociaux à la fois comme outils et comme objets d’analyse. Par rapports sociaux, on entend ici ce qui définit les groupes les uns par rapport aux autres ainsi que les lieux de leurs confrontations autour de ce qu’ils sont, de leurs intérêts, de leurs visions du monde social et de son devenir, de l’attribution de sens et de valeur aux pratiques et aux biens, de l’accès aux ressources, etc. A des degrés divers, les recherches regroupées dans cet axe articulent deux approches.

 

- La première est centrée sur les lieux dans lesquels apparaissent, se confrontent et se définissent les groupes, les intérêts qui les sous-tendent, les visions du monde social et de son devenir dont ils sont porteurs, le sens et la valeur que leurs membres confèrent à leurs pratiques et plus généralement aux biens et à la manière d’y accéder.

 

- La seconde entend saisir ces phénomènes dans leur dimension historique et mêle différentes traditions disciplinaires (anthropologie, démographie, science politique, sociologie) dans une démarche relevant de la socio-histoire.

 

Analyses comparées de statistiques et d’archives, études de cas appréhendés dans la longue durée à partir de sources écrites et de données de terrains, collectes de données réalisées au cours de périodes successives sont autant de moyens visant à saisir la dynamique des espaces sociaux, des institutions et plus généralement des instances pesant sur la structuration des réseaux et des groupes sociaux et sur les relations qu’ils entretiennent entre eux. C’est enfin les propriétés et les trajectoires des individus, leurs relations aux différents groupes auxquels ils sont susceptibles de se rattacher, leurs modes de présentation de soi et de représentation du monde social, leur mobilité au cours du temps, auxquelles sont attentives ces deux approches. Ainsi sont appréhendés tant les processus et organisations politiques que le rapport salarial, le travail et l’emploi, les groupes professionnels, les marchés, les dispositifs de connaissance, les institutions d’encadrement et de contrôle et les processus de résistance qu’elles peuvent susciter, etc.

 

L’articulation des différents sous-axes se réalise dans la façon dont ils permettent de rendre compte des liens de causalité réciproque entre instances d’intériorisation du social et manifestations d’extériorisation du social incorporé. Les travaux de recherche mettent ainsi au centre de leurs opérations et de leurs analyses les processus de co-construction et d’actualisation des différents rapports sociaux - de sexe, de classe, de racialisation, de génération, etc.