L’art et ses discours


L’art, dans la neutralité générique de sa formulation, recouvre un champ de pratiques et de réflexions dont les déclinaisons discursives enchaînent l’histoire de l’art, l’histoire de cette histoire, et tous les modes de questionnement touchant à sa nature, son objet, comme à sa portée. C’est ainsi que l’histoire de l’art, la philosophie de l’art, la science de l’art, la théorie de l’art, la critique, la méthodologie du jugement, constituent autant d’approches et de quêtes de ce qui ferait l’essence de l’art et de ses produits, de la norme qui pourrait les distinguer de ce qui n’en relèverait pas. Un passage éclairé par chacun de ces paliers conduit à l’humilité d’une certitude : si l’esthétique se fond dans le sérieux de l’interrogation déployée, elle doit s’incliner devant sa nature irréductiblement questionnante : l’esthétique est en question. Il ne s’agit toujours et jamais que de l’inquiétude des valeurs, diversement exprimée.

C’est à cela qu’il peut être utile de revenir, dans un groupement thématique dont l’articulation recoupe l’organisation naturelle des aspects soulevés :

  1. L’histoire de l’art dans son acception la plus large, mobilisant et croisant les techniques les plus traditionnelles d’analyse et les renouvellements méthodologiques à l’œuvre depuis une vingtaine d’années (gender studies, visual studies, études post-coloniales etc.), favorisant ainsi la diversification des objets d’étude et la genèse de nouveaux discours.
  2. L’épistémologie de l’art, analyse des différentes modalités de discours qui peuvent être tenus à son sujet, questions qui font l’essence de l’esthétique comme acte réflexif sur un domaine qui ne relève pas de la scientificité systématique, et convoque un foyer de réalités comme de facultés impliquées.
  3. L’art comme discours, puisqu’en lui-même il produit un mode d’expression spécifique, réflecteur d’un sujet qui l’emprunte, d’un objet qui s’y manifeste, d’une époque qui s’y traduit, l’art comme langage qui s’ajoute aux autres mais ne s’y réduit jamais.

Responsables : Marie-Hélène Gauthier-Nicholas Zmelty

Membres : Sally Bonn, Marie-Hélène Gauthier, Marie-Domitille Porcheron, Lorenzo Vinciguerra, Nicholas Zmelty