Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Sciences Humaines et Sociales
Université de Picardie Jules Verne

COVIDIAG : l'UPJV développe de nouveaux tests pour le diagnostic

Vous êtes ici : Accueil > espace > Coronavirus > Actualités

Actualité

Pour permettre de lutter efficacement contre l'épidémie de Covid-19, l'UPJV s'engage dans la mise en place de tests. En pointe sur cette action : les membres de l'unité de recherche AGIR.


L'unité de recherche AGIR développe de nouveaux tests

L'unité de recherche AGIR développe de nouveaux tests

Agir, pour préparer l'avenir. En période d'épidémie et dans la perspective d'un possible déconfinement, les experts de l'UPJV se mobilisent. Les virologues de l'unité de recherche AGIR (AGents Infectieux, Résistance et chimiothérapie) se penchent sur un projet prometteur : la construction et la synthétisation d'outils nécessaires au diagnostic et au suivi des patients infectés par le Covid-19. Soit les fameux tests, nécessaires à la rédaction d'un nouveau chapitre dans la lutte contre le coronavirus.

Pour mener à bien leur projet, nommé COVIDIAG, les membres d'AGIR peuvent s'appuyer sur l'expérience acquise lors du combat contre d’autres virus. Ainsi, les chercheurs peuvent produire des plasmides permettant l’expression des différentes protéines de surface du SARS-Cov-2 sous forme recombinante. Ces dernières permettent alors le développement de Virus-Like Particles (VLP), qui miment la structure du virus sans son génome. Et, donc, sans caractère infectieux.

Nouveaux outils, utiles à l'échelle mondiale

Le nouvel outil développé au sein de l'UPJV, en partenariat avec le CHU Amiens-Picardie et l'Université de Tours, doit permettre :

  • d’évaluer la réponse immunitaire chez les patients infectés avec une approche totalement différente des fournisseurs de diagnostic in vitro
  • permettre la production d’anticorps monoclonaux à visée thérapeutique ou diagnostique. Ces anticorps pouvant servir de base pour le développement d’un test de détection rapide du virus
  • proposer, sur le plus long terme, un potentiel candidat vaccin à l’image du virus de l’hépatite B et du papillomavirus qui adoptent ces mêmes stratégies.

En parallèle, les équipes de recherche d'AGIR sont en cours de finalisation d’un outil qui permettra d’étudier les anticorps neutralisants produits par l'infection par le SARS-CoV-2. L'objectif est de savoir si ces anticorps produits chez différentes catégories de patients (symptomatiques ou asymptomatiques) protègent contre une réinfection. Et, in fine, de connaître la durée de cette protection et son efficacité.


Aidez la recherche pour inventer la médecine de demain !


 

Partager


Outils

Accès

Dossiers

Réseaux

Haut de page